PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

revue cairn

cairn 27 couv last last

https://www.dechargelarevue.com/No-11-Des-mots-sous-la-ramee.html

*

*

https://www.recoursaupoeme.fr/cairns-25-murs-portes-ou-ponts/

Souvent on se demande d’où naît le poème, d’où émerge la poé¬sie. Par quelle magie, les mots se regroupent-ils et consti¬tuent-ils une enti¬té attrayante ou envoû¬tante ?
En cher¬chant l’expérience de notre pre¬mier poème bal¬bu¬tiant, nous décou¬vrons qu’il est tou¬jours déjà ancien : il est un véri-table récep¬tacle de nos sen¬sa¬tions, nos sen¬ti¬ments, nos idées, nos révé¬la¬tions anté¬rieures. Nulle part n’est pour¬tant ins¬crit cet appren¬tis¬sage au poème. Dans le fatras sco¬laire, les mathé¬ma¬tiques croisent l’anglais, la lit¬té¬ra¬ture enjambe la géo-gra¬phie, etc… L’école auto¬suf¬fi¬sante ignore l’élaboration poé-tique et réduit la poé¬sie à la lec¬ture de quelques poètes pri¬vi¬lé-giés (Chénier, Ronsard, Rimbaud, Hugo, etc.).
C’est pour¬quoi l’initiative de la revue Cairns∗ 25 est ori¬gi¬nale, inat¬ten¬due, péda¬go¬gique. Cette revue est une invi¬ta¬tion au poème, à écrire des poèmes. Enfin. Il fal¬lait y pen¬ser. L’âme et l’imagination du futur poète peut-être pré¬pa¬rée à la poé¬sie.

Cairns 25, Murs, portes ou ponts,
sep¬tembre 2019, 9 €.
Comment ? L’opuscule pro¬pose tout en dou¬ceur la lec¬ture d’un poème écrit par des contem¬po¬rains, puis invite jeunes et moins jeunes (élève, membre d’un ate¬lier d’écriture, etc.) à pas¬ser à l’acte poé¬tique, à oser…. Ainsi des poèmes fra¬ter-nels et variés fleurent bon le ter¬roir avec des mou¬tons auda-cieux (Kévin Broda), des ponts relieurs (Jacques Jouet) ou tra-duc¬teurs (Jacques Ferlay), des portes tou¬jours ouvertes (Danièle Helme) ou en train de l’être (Simon Martin), des che-mins de terre ou de mer (Bernard Grasset). Un haï¬ku de Patrick Joquel fait office d’édito : « Au milieu du pont / hom-mage aux domp¬teurs du vide / et suivre sa route. » La pho¬to d’un cairn de Laurent Del Fabbro illustre en pierres le pou¬voir de la créa¬tion.
Sous les poèmes, une pro¬po¬si¬tion péda¬go¬gique spé¬ci¬fique (en enca¬dré) incite le par¬ti¬ci¬pant à regar¬der « de l’autre côté de la fenêtre » (monde réel), à consul¬ter des œuvres pic¬tu¬rales comme Hiroshige ou écou¬ter Bach via Rostropovich (monde de l’art), à pas¬ser à l’acte (prendre des pho¬tos de portes ou faire une expo¬si¬tion) et même à phi¬lo¬so¬pher (sur le temps ou le pré¬sent éco¬lo¬gique). Les sites des auteurs per¬mettent même au novice d’entrer en contact avec les créa¬teurs de futurs « cairns »..
Le contexte d’écriture n’est pas pré¬ci¬sé, tout sim¬ple¬ment parce que la poé¬sie est par¬tout n’importe où. Il suf¬fit d’ouvrir les yeux du corps et de l’âme.
Jane HERVE
*
Cairns 27, revue éditée par les éditions de la Pointe Sarène et les éditions Gros textes, 2020, 52 pages, 9E.

Sur la couverture, une belle photo de cairn (à Sportono) prise par Patrick Joquel nous invite, à regarder, admirer les cailloux posés là. Cailloux qui métaphorisent le projet de la revue : transmettre aux enfants et adolescents le goût de la poésie par une lecture de poètes contemporains. Des propositions d’écriture accompagnent certains textes, ouvrent l’imaginaire et stimulent la création.
Le thème de ce numéro est l’enfant intemporel /ce funambule entre le moi d’aujourd’hui et le moi d’avant. Ainsi se revit pour chacun « la madeleine de Proust » (Jean-Jacques Nuel) avec de tendres ou amères évocations de ce qui fut. L’enfant reste toujours présent en l’adulte avec ses peurs et ses émerveillements. Et il importe, dans une « fausse berceuse vraie » (Roland Nadaus) de cajoler ce qui émerge des profondeurs, ces voix, même petite(s) (Morgan Riet). Car l’enfant nous porte, nous pousse nous « jette en avant » « accoste vague vive au cœur du présent » tout en nous plongeant dans nos « cargaisons de mémoire et de songe » (Jacqueline Saint Jean).
Dans les dernières pages, nous est offerte « une bibliothèque idéale » avec une grande variété de visions du monde, de langues, d’ouvertures vers l’espoir…quel que soit le noir de la nuit.
Patrick Joquel, initiateur et acteur de cette revue est toujours « cet enfant solaire » qui pose dans ses poèmes et dans ce livret de beaux cailloux, les siens et ceux des autres, pour la joie de tous, petits et grands. Nous voici incités à créer, à apporter notre minuscule part à l’humanité sous quelque forme que ce soit. Des poèmes pour partager la joie d’être vivant, n’est-ce pas précieux ?

Jacqueline Persini
poésie première 77

http://www.patrick-joquel.com/editions/cairns-revue/

*
Cairns 26
Thème : Le Courage

http://www.patrick-joquel.com/editions/cairns-revue/

Cairns 25
cairn 25 couv final 06.09
Thème : Murs, Portes ou Ponts