PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

limericks

quelques limericks en gestation, un second recueil un de ces jours après 1 517 pieds sur le papier (corps puce)
un sélectionneur de migrants
s’était spécialisé
dans les demandeurs d’asile
il travailla tant et tant
qu’il devint fou à lier
et qu’on l’enferma dans un asile

*

*
Un itinérant mémoriel
visitait l’hier et l’avant-hier
il se penchait sur leurs cratères
comme on inspecte les gruyères
il espérait gouter au ciel
d’un élysée tout éternel

On a beau se croire humain
Et travailler pour son pain
Chez nos politiques économiques
Nous n’sommes que statistiques
Labellisés coke en stock
Chair de pacotille en toc
Tout juste bon à flatter
Tous les cinq ans pour voter
*

Un acteur du territoire
Ruminait ses idées noires
Il ferma d’un double click
Le beau volet culturel
Du projet pédagogique

et son établissement
à présent et pour longtemps
resterait académique
*

Un pantin du pays d’en haut
Suivait un joueur de pipeau
Il le suivit si bien
Qu’il se changea en chien
Quand le pays d’en bas grogna
Il le dévora
*

*

un contrôleur d’ouragan
avait oublié ses gants
il était amoureux
d’une aurore aux yeux bleus
cet instant de distraction
fut fatal à des milliers
de papillons
*

un virus de grippe bancaire
rêvait de dépeupler la Terre
il nous déclara la guerre
et fit le bonheur
des spéculateurs
puis par simple erreur
les mit sous terre
*

cet individu post racial
bon pied bon œil et bon teint
jouait sa peau en arlequin
il parlait en technicolor
ce grand garçon multicolore
nous regardait d’un air spatial
*

Un drôle de bonhomme
expert en sanctions
mit en circulation
trois trains d’interdictions
Voyager Rêver Vivre
Il se sentait comme ivre
de joie il trébucha
contre un bloc d’uranium
enrichi 100 %
Il perdit tout son sang
cet expert en sanctions
*

Rescapé de la ruée
Un sequoia californien
Rencontra des braconniers
Armés de leurs tronçonneuses
Vous devinez ce qu’il advint
De cet arbre du Far West
*

Après le gain des urnes
Ce maire en costard
Vivait en retard
D’une poignée de main
Promise au lendemain
Il vécut solitaire
Et sans enfant ce maire
Aux burnes pleines
*

Un assouplisseur de quota
Assurait bien droit dans ses bottes
Que le stock de poissons permettait
De relever plus de filets
La mer lui présenta la note
Le cours de la bourse coula
Si profond que plus un seul thon…