PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

lectures de janvier 22

Lectures de janvier 2022
www.patrick-joquel.com
Poésie
Titre : La sourde oreille et autres menus trésors
Auteur : Béatrice Libert
Collages : Pierre Laroche
Éditeur : éditions Henry
Année de parution : 2 020
12€
Voilà un livre bien joyeux. Et ça fait du bien aux yeux comme au coeur. Des poèmes courts gratinés d’imaginaire et saupoudrés de quelques grains de folie. Ça pétille, ça rit, ça invente. Que ce livre ait reçu le prix Sadeler 21 ne m’étonne pas du tout. Il s’inscrit tout à fait dans une des pistes d’écriture de Joël Sadeler. J’aime ces poèmes qui s’amusent avec la langue autant qu’avec leur lecteur !
Les collages qui les accompagnent avec fantaisie et couleurs donneront des idées aux plasticiens en herbe.
Un livre à mettre dans les écoles dès la maternelle et sans limite d’âge pour autant qu’on ait gardé une part d’enfance intacte en soi.
Les pieds dans le tapis

Ça y est !
Je me suis pris
Les pieds dans le tapis

Vous me surprenez
En plein vol plané

Sans aile
Et sans boussole

C’est sûr
Je m’envole

Je n’ai plus pied
Dans mes chaussures

Direction Pôle Amour
J’emballe pour le monde

https://www.editionshenry.com

dossier pédagogique : cp-sourde-oreille.pdf (beatrice-libert.be)
*

Titre : temps modifié
Auteur : Danielle Helme
Éditeur : Éditions de l’Aigrette
Année de parution : 2 021
13€

On est tous confronté au Temps. Celui qui passe, qui nous construit, nous apprend la perte. Le temps de notre vie. Les instants. L’impression parfois d’éternité. Voici un recueil de poèmes qui explore le temps, le rapport au temps d’une femme, d’une poète.
Une première partie intitulée Temps lent arpente l’immobilité des cimetières. L’interrogation face au silence des disparus et toutes les interrogations qui les suivent et nous accompagnent.
Je ressens fortement la présence
des anciens, les disparus qui ne sont
ni chez les vivants, ni chez les morts.

Deuxième partie : Temps magnifié. Ces moments où l’on se sent ancré à la Terre dans un présent que je m’amuse à nommer le présent continu. Quelques poèmes tentent d’exprimer ce moment d’accord au monde, de présence, de paix.
Le magnétisme du paysage
se transfère en moi
jusqu’à l’indistinction
d’une présence de siècles
concentrés dans ce laps de temps.
La troisième partie : Temps naturel, photographie des instants de nature. Montagne, cascade, torrent… Des instants où l’on ressent brusquement la présence d’une échelle différente. Le temps de la montagne n’est pas celui du randonneur et le temps du bâtisseur de sentier n’est pas non plus celui de la montagne, ni celui du marcheur. L’instant de la cascade n’est pas le temps de la cascade et d’un jour à l’autre sa présence changeante modifie le silence du lieu. Ce temps naturel que nous traversons plus ou moins insouciant de la vie du monde, sensible parfois aux questionnements de nos actualités : pollution, réchauffement climatique.
Un livre à lire sous forme de méditation. À suivre pas forcément mot à mot mais dans son esprit au fil de nos jours et de leurs durées variables le long des saisons.
Un livre à lire dès quinze ans et au-delà.
D’abord
un tout petit nuage s’éclaire
puis deux ou trois
soudain,
c’est le jour.

https://www.editionsdelaigrette.com/hors-collection

*
Titre : bouger les lignes
Auteur : Florence Saint-Roch
Éditeur :L’Ail des ours
Année de parution : 2 021
6€
« Ce qu’on se dit en embarquant
Changer de vie changer le monde
Bouger les lignes
Jusque là-bas »
On embarque. Enfin pas le lecteur assis dans son fauteuil. Celui-là embarque juste à bord d’un livre. Une méditation sur le voyage de ceux qu’on appelle aujourd’hui « migrants », un mot qui cache des milliers de personnes, des milliers d’histoires uniques et un grand périple. Un saut de ligne pour une vie nouvelle, différente et meilleure.
En attendant, c’est la peur, l’épuisement, les arrêts forcés, l’enlisement et quand il touche terre, c’est l’incompréhension bien souvent. La langue. Mais pas uniquement. La frontière n’est pas qu’une ligne imaginaire sur une carte, elle est aussi une mer, une ligne barbelée, murée, un coeur fermé, des yeux clos, des poings serrés… oubli d’humanité.
« Avant d’être Abou Mori Alfateh
Teri Jawad ou Salif
ON est des Somaliens des Afghans
Des Syriens des Soudanais
Des peaux plus ou moins foncées
Des jambes des pieds
Des centaines de paires de souliers »
l’expérimentation à haut degré du provisoire, des mains vides, d’une ombre mouvante et fidèle.
Expérimentation de la découverte d’un ailleurs bien éloigné des fantasmes imaginés au départ. Une géographie, une langue à apprendre, un mode d’emploi à découvrir. Des kilomètres a arpenter avant d’ouvrir une porte d’un chez soi encore aléatoire, un rêve… ou à défaut de se retrouver entre solitudes autour d’un feu de camp. Voyageurs sans autre bagage que ses mémoires.
Un livre à lire dès quinze ans ; à lire et à laisser retentir en soi entre deux lectures. Pour mieux vivre ensemble.

https://www.editions-aildesours.com/florence-saint-roch-bouger-les-lignes/

*
roman
Titre : Calvaire Marchepied
Auteur : Bastien Fayet
Éditeur : Calicot
Année de parution : 2 021
8€
Le ton de ce récit m’a conquis dès la première page. Quelqu’un me raconte une histoire, j’adore les histoires pas vous ? L’histoire d’un garçon décrit comme normal, sympathique, bref moyen. Calvaire (tiens, son prénom ne semble ni normal, ni sympathique, ni moyen), Calvaire a dix ans et va à l’école. Une école à deux enseignants, deux écoles en fait tant elle et lui sont différents. La maîtresse est adorée des élèves, le maître détesté ; pour les parents c’est l’inverse. Normal.
Mais poursuivons cette histoire où vient s’immiscer une belle mère qui, comme toutes les belles mères des contes, vient grignoter la vie de Calvaire. Puis arrive le chapitre trois, un mardi et la vie de Calvaire va être bouleversée à tout jamais.
Ça y est, on est plus que pris par ce petit objet : un livre. Qu’est-ce qui fait qu’un tel objet soit capable de nous emmener si loin ? La magie des mots ? Le talent de l’auteur ? Autre chose encore ou bien tout cela à la fois plus un je ne sais quoi ? Peu importe on est parti.
Viendrez-vous à bord rejoindre Calvaire Marchepied ?

Un livre à mettre dans les mains des lecteurs dès 8 ans et jusqu’à 808 ans. Et pourquoi pas à oser lire en lecture suivie en cm ou au collège pour les discussions philosophiques que cette histoire va soulever.

https://lecalicot.fr/

*
Titre : Menteurs
Auteur : François David
Éditeur : Calicot
Année de parution : 2 021
Dans un futur lointain, une élève s’interroge sur ce que l’école lui apprend. Une réalité fort différente que celle que véhicule sa famille. Où est l’erreur ? Qui trompe qui ? Qui interdit quoi ?
Un roman jeunesse qui met en scène les fake news, l’instrumentalisation de l’Histoire ou sa réécriture… Un livre qui apprend le doute et la recherche. Un roman sympathique et salutaire.
Dès 10 ans et en collège à mettre en regard avec les informations quotidiennes des journaux et autres réseaux sociaux pour apprendre à décrypter.

https://lecalicot.fr/

*
Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com