PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

lectures mai 17

Lectures de mai 17
www.patrick-joquel.com
poésie
Titre : dans l’instant du large
Auteur : Luce Guilbaud
Editeur : LansKine
Année de parution : 2 017

Partir ! Laisser la demeure pour le mouvant, le fluide et le vent.
Tu écartes le ciel et la mer
des deux mains pour mesurer
le morceau d’horizon qui te revient
Cet horizon… dont tu ne sais rien
Pendant ce temps, pendant que le marin est en mer, à terre, celle qui attend, celle qui écrit
on se nourrit d’air du large
de rêves et de cartes
on laisse trainer une ligne
pour de possibles pêches miracles
Il y a cet écart, cette solitude et cette solidarité via l’imaginaire quand le coup de vent décoiffe les ajoncs. Cette part de silence où chacun va sans toucher l’autre.
Celle qui marche sur le sentier de sable et d’écorces ciel au-dessus et ventre blanc de mouettes
Passe le temps, compte les grains, ramasse les coquillages comme autant de petits trésors à lisser entre les doigts, comme caresse ; à offrir. Chacun veille à ses quarts, tient l’étoile entre les lèvres, la barre ou le crayon.
Jusqu’au moment du retour. Des retrouvailles. Chacun pareil à soi-même et déjà tellement différent.

Le livre poursuit son aventure maritime avec d’autres suites, plus courtes : Sur les mers sans filets, remontée de la Charente où le voilier hésite entre eau et terre ; devient le seul lieu habitable, sûr et vivant. La suite vagues sans cesse s’interroge sur le sens du voyage :
Est-ce la vague ou le bateau qui va à la caresse ?
Après un poème humouristique, sorte d’inventaire à la Prévert Provisinos our partir naviguer sur l’océan sans oublier un raton laveur, et Rhodes enfin plus près de l’abordage où le temps passé vient se mêler au présent, la dernière suite interroge la vie, la mort. Mourir en mer, perdu, fondu. Sans laisser d’autres traces que le vide. La mer de vos absences est un texte poignant, vibrant
La vie à chaque pas vers
plus loin toujours
par l’usure des galets
et toujours pour conclure cet appel, le désir de partir pour
repousser l’horizon
repousser l’avenir
sans savoir

http://www.editions-lanskine.fr/

*
Titre : Il y a des monstres qui sont très bons
Auteur : Thomas Vinau
Editeur : Le Castor Astral
Année de parution : 2 017
La poésie, le poème, un sourire qui répond à notre silence. Une seule condition : ouvrir la fenêtre. Ou le livre des bons monstres de Thomas Vinau
On y croise un ours, celui de l’enfance en peluche ? Celui sauvage qui hante les livres du Grand Nord ? Celui d’un immense amour ?…
On y aperçoit une tribu d’hommes tous différents et tous en quête. Chacun la sienne…
Un âne marin d’eau douce et un je qui tombe à l’eau, tombe à la mort…
Deux ombres solitaires… Une troupe en marche et de vieux seniors qui oublient leur âge et tant d’autres choses de leurs vies…
Des poèmes comme de petites histoires…
D’un poème à l’autre on entre sous différents angles dans la condition humaine, ses parts d’ombre et ses hectares de lumière. Thomas Vinau dresse ici une sorte de cartographie imaginaire d’un peuple d’ombres en marche. D’ombres qui face à leur perte sont prêtes à tout croire…
Tu es prêt
à dépecer
toutes les planètes
pour te sentir
moins seul
moins perdu
moins craché là
et tu veux croire
tous les mensonges
toutes les promesses
que les abeilles font aux fleurs
que les limaces font aux salades
que les monstres se font entre eux
entre nous

Dans un seul point de contact
entre deux mains
la mort meurt

http://www.castorastral.com/livre/y-a-monstres-tres-bons/

*
Titre : Mémoire
Auteur : Momar Gaye
Editeur : Festival du livre de Mouans-Sartoux
Année de parution : 2 016

Momar est un personnage atypique. Musicien. Conteur. Dessinateur. Un sourire. Une gentillesse. Il a quitté le Sénégal pour la France et depuis plus de vingt ans nous partage son pays. Il conte et joue dans les écoles, les maisons de retraite et autres lieux de spectacles ou évènements culturels. Il ouvre ainsi des horizons, incite à la tolérance et au partage. Ce livre nous donne quelques poèmes, contes et images comme un cadeau. Comme surtout la partie émergée d’un travail quotidien et fidèle. Aller à la rencontre de Momar, c’est aller à la découverte d’une altérité qui nous entraine au meilleur de soi. Respect Mr Gaye.
*
Titre : Le gâteau tout seul
Auteur : Isabelle Damotte
Illustrations : Cathy Gagnaire
Editeur : Soc et Foc
Année de parution : 2 017
Un recueil à déguster, savourer. Des poèmes sur le thème des gâteaux. Des poèmes gourmands. Des souvenirs… Des odeurs… Des saveurs… Du savoir faire. Du partage. La vie autour de la farine… dans la cuisine. La tendresse et l’amour. C’est joyeux et coloré, comme les illustrations qui accompagnent. Un recueil plein d’humour et de sourire. On peut abuser sans crainte. Au contraire.

http://www.soc-et-foc.com/CAT_detail.php?id=116&PHPSESSID=d3224e84b8788a7c59e6bd75499c0944

*
Titre : Roissy
Auteur : Alain Boudet
Editeur : Donner à Voir
Année de parution : 2 012
Un accordéon qui malgré l’avion aura mis du temps pour atterrir chez moi. Une halte. Une pause. Un exil. Le voyage suspendu. L’aéroport, de lieu de transit, devient lieu de bivouac. Les yeux s’ouvrent sur une autre réalité, l’envers du décor. La vie nocturne. Les gens oubliés. Les suspendus du voyage comme les suspendus de la vie pour qui le hall devient abri.
Quelques mots pour saisir ses vies. Les donner à voir. Des dessins comme croqués façon carnet de voyage.
Un accordéon aux sons de saudade, de blues. A laisser résonner en soi.

http://www.donner-a-voir.net/

*
Titre : Matin de fête
Auteur : Kouam Tawa
Editeur : Donner à Voir
Gravures : Titi Bergèse
Année de parution : 2 017

Un petit carré d’enfance. La maison se prépare à la fête. Quelqu’un doit venir. Maman cuisine. Le chien se lèche les babines. Le linge claque au fil du vent. C’est l’attente. La joie qui lève comme levain dans le cœur. Sobre. Joyeux. On touche au cœur. Les gravures révèlent les gradations de l’attente. La tension qui s’installe jusqu’à la délivrance.
On a ici dans les mains un accordéon dont l’équilibre subtil sourit aux yeux.

http://www.donner-a-voir.net/

*
Titre : La vallée des Ammeln
Auteur : Philippe Fumery
Editeur : L’Arbre à paroles
Année de parution : 2 016

Comme un carnet de voyage. Juste avec des mots. Histoire de donner à voir. A sentir. A palpiter. A partager. J’aime quand le poème ainsi partage l’instant et le prolonge. Je ne connais pas cette vallée du sud Maroc. A la lecture, je m’y sens proche. Accueilli. Les images parcourent sous la paupière un chemin où elles croisent d’autres images propres à ma propre expérimentation du monde. Ce mélange nourrit l’humain en nous. Permet d’avancer comme plus léger.
Naissent ainsi des visages, des silhouettes, des paysages, des objets, des rues, des ambiances. Un appareil photo aurait pu les figer, les mots s’en saisissent. Il ne s’agit pas de chercher à comparer les démarches, elles sont complémentaires. Pourraient se juxtaposer en un seul livre. Ici, c’est au lecteur de créer.
Reste ensuite le souvenir.
un homme assis
sur ses talons
dos à la route
Le voilà assis pour longtemps… Aussi longtemps qu’un regard de lecteur ranimera sa silhouette, son paysage et sa méditation. Le poème ainsi s’inscrit dans la durée, aussi aléatoire soit-elle, mais toujours prêt à renaitre.
La poésie relève aussi de ce mystère-là.

www.maisondelapoesie.com

romans
Titre : Sally Jones
Auteur : Jakob Wegelius
Editeur : Thierry Magnier
Année de parution : 2 016

Soyez curieux, venez découvrir la vie de Sally Jones. Ça vaut le détour. Mécanicienne à bord d’un bateau à vapeur, réparatrice d’accordéon au Portugal, Mécanicienne d’avion en Inde…
La vie voyage Sally : elle suit son cœur. Une belle histoire d’amitié, d’amour, de fidélité. Dépaysement assuré.
Une de ces aventures farfelues qui ne lâchent pas la main du lecteur. Que demander de plus qu’une belle histoire ?

http://www.editions-thierry-magnier.com/recherche.php

*
Titre : A la place du coeur
Auteur : Arnaud Cathrine
Editeur : Robert Laffont
Année de parution : 2 016

Six jours d’une vie d’un garçon de 17 ans. La sienne. Celle des potes de la bande. Il tombe amoureux. Nous sommes en janvier 2 015. Le terrorisme frappe la France. Toute la France. Même cette petite ville de province où il ne se passe jamais rien en est toute éclaboussée. Rien ne sera plus jamais exactement comme avant.
C’est simple. Limpide. Crédible. Ce n’est jamais facile de mêler le réel et la fiction ; ici, c’est réussi.
Premier volume d’une série, je n’ai pas encore lu le second. J’ai l’espoir que ce soit encore plus haut.

http://www.laffont.fr/site/rechercher_un_ouvrage_robert_laffont_&1010&0&0&1&1.html?RECHCAT=1&RECHA=CATHRINE

Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com