PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

lectures mars 18

lectures de mars 18
www.patrick-joquel.com

BD
Titre : Rouge L’île des gribouilleurs
Auteur : Johan Troïanowski
Editeur : Makaka
Année de parution : 2 017

Le troisième album Rouge. Un régal. Il va plus loin que les précédents, tant dans le scénario que dans le dessin. Toujours aussi poétique, décalé, tranquille. Une BD à savourer pour ces trouvailles, pour sa douceur de vivre et pour le rêve qu’elle porte. Un moment de lecture suspendu, un nulle part ailleurs où l’on se sent juste bien. Un instant de pause, de pause positive. On en revient gonflé à bloc, attentif à ces petits riens qui pourraient basculer le réel dans l’imaginaire. Bref, une BD à lire à tout âge et à partager sans modération.

http://www.makaka-editions.com/produit/rouge-lile-des-gribouilleurs/

POESIE
*
Titre : Contre le désert
Auteur : Alain Freixe
Editeur : l’Amourier
Année de parution : 2 017

Des pépites parmi tant :
La tombée des grilles où s’enferrent les rêves du large quand les vents du nord giflent leurs flèches rouillées.

On rêve de guider cette lumière jusqu’aux serrures des mots et faire voler en éclats toutes les portes de la réalité.
Et cet aveu d’impuissance résignée qui suit
… Mais non…. la pluie, toujours la pluie…

… attendre
dans le muet du monde
les mots
qui portent le soleil
et se rient de tous les froids

on retrouve dans cet ensemble de textes verticaux ou horizontaux tout ce qui anime Alain Freixe : l’attente de ce quelque chose qui vibre, résiste, qu’on sent et qui se dérobe… la quête d’une lumière, la nostalgie d’une enfance rayonnante, la perte et cette attention à tout ce qui se débat dans les ombres, les souterrains du monde (qu’il soit réel ce monde ou qu’il demeure dans le virtuel des idées). La densité, toujours, chez ce catalan épris de montagne et de l’effort rédempteur de la marche vers le sommet qui se dérobe encore
le passage aérien que je ne prendrai pas

un livre dense, un livre de résistance.

http://www.amourier.com/662-contre-le-desert.php

*
Titre : Qui es-tu ?
Auteur : Simon Martin
Illustrations : Rochegaussen
Editeur : Cheyne
Année de parution : 2 017

Un long poème sur le thème de l’identité. Inconscience ? Courage ? Sérénité ? Simple lecture de l’histoire de la planète et de la vie sur Terre. Si chacun est unique, c’est prouvé ; chacun est issu d’une longue succession de vies uniques… Chacun est aussi vieux que la Terre et aussi neuf qu’une aurore.
C’est sur ce terrain-là que nous entraine Simon Martin, et avec un brio qui trace un beau sourire sur mon visage.
Quelques milliards d’années tiennent dans ce livre. L’histoire, mais aussi le mystère de la rencontre quand on s’ouvre à l’autre et qu’on le reçoit. Le mystère de l’altérité aussi. Sans oublier le mystère d’être soi.
Tout y est. Ça se lit d’une traite et ça se relit pour en goûter la malice, la profondeur et sa légèreté.
Les images s’amusent avec tout cela et donnent un supplément d’humour joyeux au thème.
C’est une réussite.
A donner à lire aux enfants, on est dans la collection Poèmes pour grandir ; mais aussi aux adolescents comme aux plus grands. A tous ceux qui s’interrogent sur l’identité profonde ; celle qui échappe aux papiers administratifs comme aux idées reçues, aux idées toutes faites ; celle qui échappe aux catégorisations, aux communautarismes etc.

Bon
Reprenons

Avant
Tu étais ça

Queques atomes de carbone
Un peu d’hydrogène
De l’oxygène
Un poil d’azote

Qutre virgule cinq
Milliards d’années sont passées
Et tu es devenue ça
Comment cela est-il possible ?
*
L’autre est pour moi une énigme

A quoi pense-t-il
De quoi sont faits ses rêves

Croit-il en la vie éternelle
Ou en la réincarnation

A-t-il une fois dans sa vie
Rencontré l’amour
La vengeance ou la haine

Mais le temps de formuler
Ces interrogations
L’autre est déjà loin
Englouti par la foule

Et il est trop tard
Pour songer à le rattraper

http://www.cheyne-editeur.com/index.php/poemes-pour-grandir/309-qui-es-tu

*
Titre : Le Préloin
Auteur : Dominique Cagnard
Editeur : Corps puce
Année de parution : 2 018

Voyage temporel assuré pour le lecteur. Direction la campagne, celle des champs. A l’époque où le foin se mettait en meule. Étranges cabanes closes qui jalonnaient le paysage et à l’ombre desquelles la sieste bullait bienheureuse. Des meules pour les peintres aussi. Et sans doute pour des tas de petits animaux…
la poésie c’est aussi cela : redonner vie à des instants, des paysages aujourd’hui disparus. Pas pour s’en lamenter, non, mais plutôt pour ne rien oublier. Se souvenir. Rêver.