PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

Callian mars 17

24 mars classe de cm d’Elodie Gardien
à partir de cette photo

La pollution

Personne ne m’aime
Ils me salissent tous
Personne ne voudra s’asseoir sur moi
Ils me salissent tous
Je suis un banc pollué

Gaël Witters
—————————————————————————-
PERSONNE

Je suis moche, triste, pollué

Plus personne ne veut de moi

La pollution m’envahit

Même les arbres ne me regardent plus

Je suis un banc dévasté

Ma vie est finie

PIERRE POSCHEL

——————————————————————————-
Je me suis fait casser

Je suis abandonné seul et pollué.

Même mon ombre se moque de moi

Je me suis fait casser par Brice

Je suis un banc cassé

Maxime Jardet

————————————————————————————-

Le banc pollué

Ce matin, quelqu’un s’est assis sur moi
A mangé son petit déjeuner
Est parti en laissant son pot de yaourt et sa boite de céréales.
Plus personne ne viendra s’asseoir sur moi
Toutes les voitures me passent devant en me laissant de l’essence.
A midi, une famille est passée
Eux non plus ne se sont pas arrêtés
Alors, j’ai entendu mon ombre se moquer de moi.
Un éboueur est passé et s’est écrié:
«Pauvre banc , il ne sont pas propre ces gens ! A cause d’eux la ville est polluée !»
Et il est allé devant les arbres sans feuilles, nettoyer le trottoir.
J’ai encore entendu mon ombre se moquer de moi.

Laurie Roustan

————————————————————————————————————————-

« Les souffrances »

Bonjour, je suis ému
de votre venue
car personne ne venait me rendait
visite auparavant car les souris venaient
me voir et même ma coulée de larme
ne les faisait pas fuir.

En plus j’ai divorcé avec ma femme
la route.

Je dois mettre fin à mes souffrances
de banc stupide.

MARTIN FARON

__________________________________________________________________________________
Un banc de tristesse

Je me sens envahi d’ordures,
Je fixe la tristesse.
Je suis crasseux,
Ma vie est finie.
De toute façon, un banc comme moi
N’est pas fait pour vivre dans ce monde.

Kélian Bedel

—————————————————————————————————————————————
La rue

Je suis triste

Pauvre rue

Des tâches sur le sol

Des couleurs sombres

Des tâches sur moi

Des affaires sur le sol

Des arbres sans feuilles

Je suis un vrai magasin d’ordures

Alyssa Ghaffari

– – - – - – - ———————————————————————————-
La twingo ne veut plus de moi
Je suis seul abandonné et pollué
Je suis un banc que la ville n’aime plus
Je pense que ma vie est terminée

Thomas Spatazza

– – - – - – - ———————————————————————————-

Les saletés s’incrustent

Moi, je suis maniaque,
Hier, on m’a pollué
avec ces déchets qui sentent les poubelles
Personne ne viendra s’asseoir sur mon bois.
Ces saletés me polluent et polluent l’air.

Je ne peux pas m’en aller,
je suis bloqué,
tout ça m’envahit !
Les gens ne pensent pas à me nettoyer.
Je ressemble aux bancs des villes.
Je suis un banc solitaire

Eléonore Billot

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Un banc de pollution

Je suis un banc de déchets
Et depuis je suis à l’abandon
Au milieu de saletés et de taches dégoutantes
Je suis un banc perdu à jamais dans la pollution

J’attendrai et j’attendrai encore
Que quelqu’un vienne me nettoyer
Au fond de cette pollution qui m’envahi
Ou bientôt je disparaîtrai à tout jamais

Cassandra Giudicelli
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

SEUL
Je pense que plus personne ne viendra.
Car je suis entouré de pollution.
Pollué et abandonné, je fixe la tristesse.
Je suis sale, beaucoup trop sale pour les autres.
Je pense que je resterai seul à jamais.
Je suis un banc dégoûté de lui même.

Maïa Félix

- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -
L’Emotion

Je fixe la tristesse,
Je suis sale et pollué !
Je fixe la tristesse des gens assis ;
Même mon ombre se moque de moi !
Je fixe la tristesse des arbres sans feuilles,
Même la Pollution me tient compagnie !
Je fixe la tristesse des pauvres rues.

Enzo Giulliani
__ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

POESIE

Je suis seul avec plein de saletés sur moi.
Je me dis que plus personne ne veut s’asseoir sur moi.
Un jour une dame arrive.
Elle ne veut même pas s’asseoir sur moi.
Je me sens seul.

Alexia Gérault
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Le banc

Je suis crasseux, pollué, seul, abandonné
Pour les parisiens je suis invisible
Ils ne nettoient même pas mes saletés
Je pourrais partir mais je suis immobile
Je suis pauvre banc qui n’a rien à faire dans les rues de Paris

Maëlla caous
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Le banc mort

Je suis un banc
Un banc mort invisible
Qui s’effondre sous une pluie de déchets
Même mon boss ne veut plus de moi.
Ce n’est plus la joie,
les déchets me voient,
Dans mon plus mauvais cas…

Théo Charton

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

*
à partir de
J’aime le rouge,
Chuchote la fraise à la cerise.

J’aime le rouge,
Dit la cerise à la framboise.

J’aime le rouge,
Répète la framboise à la coccinelle.

Moi aussi
Mais avec du noir,
Répond la coccinelle.

Le noir éclaire un peu plus le mystère,
Murmure en s’envolant une zygène.

Patrick Joquel
Demain les papillons
Epi de seigle

les élèves écrivent

J’aime le vert

J’aime le vert,
Chuchote le citron vert à l’avocat.

J’aime le vert,
Dit la mante religieuse au crocodile.

J’aime le vert,
Répète le citron vert à la pastèque.

Moi aussi,
Mais avec du rouge.

Le rouge attise un peu plus l’amour,
Dit le perroquet en s’envolant.
Raphael Valcazara
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

« j’aime le gris »

« j’aime le gris »
dit mon ordinateur à ton rhinocéros.

« j’aime le gris »
répète ton rhinocéros au koala.

« j’aime le gris »
explique lentement le koala à la catapulte.

« MOI AUSSI MAIS AVEC DU MARRON »
crie la catapulte.

« le marron apporte un esprit guerrier »
dit en s’aiguisant la hache de guerre Viking .

MARTIN FARON

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

J’aime le blanc

« J’aime le blanc »
chuchote la neige au nuage.
« J »aime le blanc »
dit le nuage à la vache .
« Moi aussi mais avec un peu de noire »
répondit la vache.
« Le noire apport plus de lumière »
murmure un joli zèbre en galopant.

Julie Lefebvre
_____________________________
J’aime le noir.

J’aime le noir !
Dit la mouche à la panthère,

J’aime le noir !
Répète la panthère au guépard

J’aime le noir
Chuchote le tigre au léopard

Moi aussi mais avec du jaune
Répond le jaguar

Le jaune donne la pêche
Murmure l’ocelot en détalant

Enzo Giulliani

J’aime le violet.

J’aime le violet
Dit la pensée au crocus,

J’aime le violet
Chuchote le crocus à la campanule,

J’aime le violet
Répète la campanule à l’iris

Moi aussi mais avec du blanc
Répond l’améthyste,

Le blanc apporte plus de brillance
Murmure la violette en fanant

Enzo Giulliani

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
« J’ aime le jaune »

« J’ aime le jaune »
chuchote la banane au soleil

« J’ aime le jaune »
dit le soleil au citron

« J’ aime le jaune »
répète le citron à l’ abeille

« Moi aussi mais avec du noir »
répond l’ abeille

« Le noir est le centre des couleurs »
murmure le jaguar en continuant sa course.
Laurie Roustan
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
J’aime le marron

<< j’aime le marron >>
Chuchote le kangourou au chocolat

<< j’aime le marron >>
Dit le chocolat au cerf

<< j’aime le marron >>
Répète le cerf à la girafe

<< moi aussi mais avec du jaune >>
Répond la girafe

<< le jaune apporte plus de lumière >>
Murmure en courant un guépard
Maëlla caous
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

J’aime le noir

 » j’aime le noir »
Chuchote la panthère au corbeau.

 » J’aime le noir »
Dit le corbeau au cheval noir.

 » J’aime le noir »
Répète le cheval noir à la vache.

 » Moi aussi mais avec du blanc »
Répond la vache.

 » Le noir s’accorde avec le blanc »
Murmure le zèbre en partant brouter de l’herbe.

Eléonore Billot
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -
J’aime le orange

J’aime le orange,
Chuchote la clémentine au kumkat.

J’aime le orange,
Dit le kumkat à la carotte.

J’aime le orange,
Répète la carotte au ballon de basket.

Moi aussi
Mais avec du noir,
Répond le ballon de basket.

Le noir éclaire un peu plus le mystère,
Murmure en s’envolant un lycaena.

Kélian Bedel
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

**********

15 mars classe de cm de Fabienne

bravo à ces poèmes et leurs auteurs : rien ou presque à signaler vous verrez. J’ai passé une excellente matinée avec vous et j’ai l’impression que nous allons continuer à nous écrire : je pense que vous aimez écrire et que vous allez continuer à créer, jouer avec les mots, les émotions et les idées. Je vous lirai avec plaisir. N’oubliez pas également de lire les poètes : plus on lit mieux on écrit.
A bientôt
Patrick

J’aime l’école

« J’aime l’école »
chuchote Lucie à Anya
« J’aime l’école
chuchote Anya à Raphaël
« J’aime l’école »
chuchote Raphaël à Tom
« moi aussi mais sans travail répond Tom

Anya Laclaverie excellente fin ! j’aime bien !
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -
J’aime les chevaux

« J’aime les chevaux »
chuchote la selle au licol
« J’aime les chevaux »
chuchote le licol au tapis
« Moi aussi, mais je préfère les poneys
c’est plus mignon », dit le tapis
Les poneys sont faits pour les enfants.

Anya Laclaverie peut etre chercher à remplacer sont faits par un autre verbe ou simplement enlever fait/ se méfier du verbe faire, souvent on peut s’en passer ou le remplacer
- – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -
22 cloud and one cow

Prendre un bon bloc de brasion
Le couper en deux
Dans le sens de la largeur
Avec un peu de sucre
Beurrer légèrement
La tranche inférieure
Décorer de bouche
Napper de goût
Et de nuages grisés
Puis couvrir avec la deuxième tranche de brasion
Enfin
Déguster
La spécialité Normande

Paulin Gidon Miam !
Le sandwich

Prendre un bloc de orange
Prendre un bon bloc de orange
Le couper en deux
Dans le sens de la longueur
Avec une épaisse couche de pages
Encrer légèrement
La ligne intérieure
Ecrire des mots doux
Napper de parchemins
Et de verbes salés
Puis couvrir avec une deuxième couche
D’orange
Et enfin, déguster
Your Sandwich Book

Léana Chalamel rien à dire c’est tout bon !

Prendre un bloc de vert

Prendre un bon bloc de vert
Le couper en deux
Dans le sens de la longueur
Avec une ligne de coquelicot
Mettre une couche de terre
Sur la tranche inférieure
Décorer d’olivier
Napper d’hirondelles noires et blanches
Et de nuages allégés
Puis couvrir avec la deuxième tranche de vert
Enfin déguster

Your Sandwich Country

Lou-Anne Floch
Parfait


J’aime la mer

J’aime la mer
Précieuse plus que tout

J’aime la mer
Les vagues et les poissons

J’aime la mer
Quand elle est complètement bleue

J’aime la mer
Quand elle me fait un doux sourire sablé

J’aime la mer
Avec tous ses mystères

Muhammed haslak
Joli !

J’aime le vert

« J’aime le vert »
chuchote la brindille au brocolis
« J’aime le vert »
chuchote le brocolis à la feuille
« J’aime le vert »
chuchote la feuille à la sauterelle
« moi aussi mais avec du blanc »
répond la sauterelle
« le jaune éclaire un peu plus la lenteur »
murmure en s’échappant la chenille

Suzanne O’brien
Remplacer le jaune par blanc ou bien l’inverse pour respecter la logique du poème initial.

J’aime le noir

« j’aime le noir » dit l’ordi à la poubelle.

« j’aime le noir »dit la poubelle à la fourmi.

« moi aussi mais avec du rouge »dit le dragon.

« le rouge donne plus de vaillance »dit un samouraï qui passe.

Jean Pinsivy impec !

Prendre un petit bloc de rouge
Le couper en deux
Dans le sens de la longueur
avec une étoile orange
et une douce couche de jaune
puis trouver un chaudron
un chaudron de couleur verte
décorer de deux nuages bleus
napper d’ oiseaux violets
et de perroquets roses
puis couvrir avec la deuxième tranche de rouge
enfin
déguster
your rainbow sandwich

Solenn Ferran Le Guelvouit joli et réussi

Prendre un bon bloc de stade
prendre un bon bloc de stade
le couper en deux
dans le sens de la longueur
soupoudrer le légèrement
de supporters
décorer le de deux cages
de chaque coté du stade
ajoutez-y 3 attaquants
puis marquer un but signer Le Bihan
et refermer avec la deuxième tranche de stade
enfin
déguster
your sandwich football

Richard Sender

À offrir à tous les fans à la mi temps

« J’aime le rouge »
Chuchote l’amour au verbe
« J ’aime le rouge »
Dit le verbe au feu
« J’aime le rouge »
Répète le feu au drapeau français
« Le blanc et le bleu éclairent un peu plus la liberté et l’égalité »
murmure en se promenant une fourmi.

Gabin Carvalho

Excellent aussi