PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

grasse

un ce2 de l’école Fénelon de Grasse me questionne sur Bomoth 0′Baldourke :

Questions sur le livre Bomoth :
Comment vous est venu le titre de Bomoth ? Je ne sais plus, j’ai oublié. J’oublie beaucoup de choses.

Comment vous est venue l’imagination pour écrire Bomoth ? Je voulais écrire à partir des bribes de souvenirs des rêves du sommeil. Je les ai notés, je continue d’ailleurs et puis pour chaque histoire j’en sélectionnais quelques uns pour tenter de les mettre dans une histoire.

Pourquoi une assiette volante et pas une voiture ? Pourquoi pas ? En fait, dans mon rêve, c’était un coussin volant. Un coussin de canapé. Mais dans l’histoire, le coussin n’était pas drôle tandis qu’avec une assiette… ça m’a plus amusé : ça m’a permis de faire le lien avec le lac rouge et les friteurs.

Combien de temps avez- vous mis pour écrire Bomoth ? 4 à 5 ans, sachant que quand j’écris je travaille toujours sur plusieurs projets à la fois. Je travaillais sur Bomoth, puis je le laissais reposer un moment, puis je le reprenais…

Quel est votre moment préféré dans Bomoth ? Je n’ai pas de moment préféré.

Pourquoi le Songeur bleu ? Peut-être à cause du ciel de la côte d’azur…

Pourquoi un enfant bicolore HGM ? Pour évoquer à la fois la science actuelle et ses dangers éthiques et le racisme.

Pourquoi avoir choisi une autre dimension ? Pour plus de liberté. Pour imaginer davantage.

Pourquoi la Vallée du Mercantour ? Le Mercantour, c’est mon terrain de jeu : à pieds, à skis…

Est-ce que l’idée du ketchup vous est venue par rapport au nom du « Lac Rouge » ? Tout à fait : si on a une assiette volante, elle a le droit de tomber dans un lac de ketchup, de trouver des friteurs, des barquettes : c’est ce que j’appelle la logique de l’imaginaire.

Le lac s’appelle-t-il vraiment ainsi ? Existe – il vraiment dans le Mercantour ?
Dans le cirque d’Isola 2 000 il existe effectivement un lac Rouge, très beau d’ailleurs. Rouge à cause des rochers qui l’entourent. Imaginaire et réalité se mêlent.

Pourquoi tous ces personnages ? Dans la vie, on croise beaucoup de gens. Certains deviennent des amis, d’autres juste des rencontres d’un jour.

La rencontre commence par un tirage au sort d’un livre que je présente ensuite brièvement : La pierre de ciel, éditions Izalou.
J’en lis trois chapitres et joue au jeu des questions autour de ce début d’histoire. Les enfants en profitent pour remarquer qu’il y a des liens entre ce livre et Bomoth O’Baldourke qu’ils sont en train de lire : par exemple la présence du miel.

Ensuite, je réponds d’une manière plus approfondie aux questionnements.

Troisième temps de la matinée : atelier d’écriture. Création d’un personnage. On observe la présentation de Dan et Mat. Ensuite chacun invente un personnage et lui donne en quelques mots corps et ame. J’écoute et notes quelques idées de chacun : caractéristiques, don, détails… et chacun écrit une phrase présentant ce personnage x. On en choisit une et ensemble on améliore son écriture. Ensuite à chacun de réaliser une (ou deux) phrase de présentation de son personnage puis enfin de l’intégrer dans un début de récit. Cela se fera par la suite en classe car même avec trois heures, c’est trop court tant la classe était passionnée.

C’est un des effets de la lecture de Bomoth O’Baldourke : pétiller les yeux et les intelligences multiples de multiples façons.