PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

école de Guny, Picardie

24 novembre
2e rencontre. On termine un poème. Et on s i terroir par groupe de niveau sur les échos de guillevic et quelques haïkus. Ensuite, on s entraîne à en écrire à partir de photos de montagne.
22 novembre
On se retrouve autour du guepard,, aux éditions du jasmin. Lecture discussion, l histoire du livre, de quelques poèmes. Utilisation du tableau d observation et atelier d écriture.
Particularité de la classe ce1 à cm2
Différencier.. ..

15 novembre :
Poème de Patrick Joquel

Comme des échardes
plantées dans les dunes
blockhaus édentés jalonnent le rivage

Tu pénètres dans l’un d’entre eux

Par la meurtrière
des images de films
fracas
fumées
cliquetis d’hommes et d’armes
odeurs de peur

Dehors
le goéland t’appelle

Tu sors en courant

Le vent t’ébouriffe

L’océan
le sable
rien n’a changé

Tu cours

Derrière la haie
il y a le cimetière

Tu lis des yeux
les noms des soldats morts
pour la liberté

Tu laisses juste l’émotion
nouer son mouchoir
à ta gorge
et tu marches
très lentement
parmi les croix blanches

Tu voudrais te rouler dans le sable
de la plage
où ils avaient débarqué
le matin du 6 juin 1944

Il y a des gens
tu n’oses pas

Alors
tu construis
un nouveau château de sable

Après ton départ
la marée emportera ton hommage
Analyse collective du poème.
1) Qu’est ce que ça dit?
C’est un personnage qui raconte les soldats morts, qui se sont battus lors du débarquement sur les plages de Normandie.
C’est un enfant qui s’imagine l’histoire de la guerre « Tu construis un nouveau château de sable ». Il est à la mer, sur la plage, il y a des blockhaus comme pendant la guerre.
L’enfant va aussi dans un cimetière où il se remémore les soldats morts  » Tu lis des yeux les noms des soldats morts « , « tu marches très lentement parmi les croix blanches ». Il fait un château de sable en hommage.
L’enfant sait beaucoup de choses sur ce débarquement, ses parents lui ont peut être appris.
2) Qu’est-ce que ça me dit / me fait?
Je ressens de la peur « fumée, fracas, odeur de peur, meurtrière, arme, cimetière… », de la tristesse « tu laisses l’émotion nouer ce mouchoir à ta gorge »,  » parmi les croix blanches », du calme « marche lentement », « océan, sable ».
L’auteur réussit à nous faire prendre la place des soldats et nous donne une impression de réalité.
3) Comment c’est fait?
L’auteur utilise des vers courts, parfois un seul mot. Il utilise le vocabulaire de la peur, la tristesse. Il n’y a pas de titre, pas de rimes. L’auteur utilise « tu ».

*Cette analyse collective permettra aux élèves de faire leur propre analyse orale ou écrite un peu plus tard avec leur poème préféré.

réponse :
Bonjour,
J’ai bien aimé votre regard sur ce poème. Un poème, ça demande souvent un peu de temps pour développer tous ses arômes. Lire un poème, c’est se donner du temps pour rien : pour écouter, sentir, contempler, ressentir… C’est ce que vous avez réalisé ici.
Lorsque j’ai écrit ce poème, j’étais à Omaha Beach, et dans les environs. A l’époque, mon fils était passionné par la troisième guerre mondiale et nous passions nos vacances là pour qu’il voit.
A Omaha Beach, ce jour-là, le soleil brillait, la mer était belle et agréable à nager. Journée bucolique, en nageant là je pensais au jour du débarquement. Quel contraste !
Et partout, dans le cimetière, dans le blockhaus, sur les plages, je ressentais très fort un silence. Comme si les lieux avaient une mémoire et que les évènements passés brillaient dans ce silence. Evocation, émotion, ça a donné ce poème et les quelques autres qui se souviennent de ce voyage.

*
8 novembre : nouveau courriel de la classe et ma réponse
Retour après lecture
Quant au guépard je t’en parlerai plus tard. / J’écoute
Classe de CE1 CE2 CM1 CM2 GUNY

Brainstorming autour de leur lecture :

Emotions Conception Animaux Lieu
Rigolo – dans les étoiles – dans la Lune – imagination – dans ma bulle – détendu –bizarre – joyeux – esprit - Enigme – suspens poésie – inventer – enfantin – raconter – histoire – travail – à l’envers (Ecoute) Pieuvre – éléphant – guépard – vache rouge – étoile de mer – méduse - Montagne – village – campagne – canapé (je me sens bien avec le lire dans mon canapé !) fleur

Analyse les 3 questions :

Qu’est-ce que ça dit ?
- Ça parle de tout et n’importe quoi
- - de notre monde et de l’imagination
- Animaux et animaux protégés,
- Mers et océans
- Continents pays
- L’espace
L’auteur a-t-il pitié des animaux ?
*
Qu’est-ce que ça me dit /

fait ?C’est bizarre
C’est rigolo / amusant
J’aime écouter le livre
C’est farfelu
Il faut imaginer
J’aime sa façon d’écrire
**
Comment c’est fait ?*
Poésie
Enfantin
Illustrations en noir et blanc (encre ou crayon de bois ?)
C’est sur soi ou sur les animaux
Textes courts, agréables à lire

Ecoute : c’est écrit à l’envers
Les illustrations sont noires / blanches / rouges

Le poème vient il avant l’illustration ou le contraire ?

Est-ce que certains poèmes sont issus du vécu ? (Tu nages… issu de Que sais tu des rêves du lézard ?)
ù*

Alors ma réponse :

Dans le qu’est-ce que ça fait :
Pistes de re lecture

Quels sont les poèmes qui parlent de n’importe quoi ? listez les et relisez les.
Est-ce que c’est vraiment n’importe quoi ? ou bien y a-t-il quelque chose de caché dessous ?

On rejoint aussi le comment c’est fait : est-ce quele n’importe quoi est fait n’importe comment ?

*
Quels sont les poèmes qui parlent de notre monde ?
Quels sont ceux qui parlent de l’imaginaire ?
Est-ce que certains poèmes sont dans les deux cases ?

Regardez les de plus près et voir si on peut appronfondir
*
Les poèmes d’animaux, classez les selon ceux qui sont à protéger , les autres ; par continents aussi ; par familles mammifères et autres, par régime alimentaire et voir si quelque chose en ressort.
*
Poèmes et continents, poèmes et espace : poèmes et paysages ; regarder là aussi quels paysages, quelles idées cela soulève.
*
L’auteur et les animaux :
J’aime bien les animaux. Je n’aime pas l’idée que certains soient en danger. J’aime leurs noms et jouer avec les mots, les sons ; jouer pour dire quelque chose de plus profond que le jeu simple.

**
Ce que ça dit
J’aime la façon d’écrire : dites moi quelle est cette façon… ça m’interesse.
Entre le bizarre, le farfelu et le rigole j’aimerais bien qu’on classe quelques poèmes dans ces colonnes pour voir si ça permet de sortir une idée ou deux, pour réfléchir. Mettre en perspective. En réseau.
*
L’imaginaire : sortir les poèmes les plus imaginaires et observer. qu’est ce qui se passe là ?
**

Comment c’est fait
J’aime bien écrire court, condensé mais avec plusieurs couches de lectures, du sens caché, des clins d’œil, des allusions.
Les illustrations ça regarde les artistes, pas moi. Pour les livres Ecoute, que sais-tu des rêves du lézard et quant au guépard…, les images sont venues après les poèmes, et c’est l’éditrice qui a choisi l’artiste, pas moi. Pour d’autres livres, c’est différent.
Bien sûr, certains poèmes, et pour ainsi dire tous à des degrés divers sont nés du vécu. Le poème part de mon expérimentation du monde pour l’offrir au lecteur avec l’espoir qu’il s’y retrouve et construise sa propre image à partir du texte.
28 octobre : premier échange avec les enseignants de l’école de Guny. Picardie.
avec en gras mes éléments de réponse

>

> Message du 27/10/17 11:21
> De : « Ecole Guny »
> A : « joquel » > Copie à :
> Objet : Rencontre école de Guny
>
> Bonjour Monsieur Joquel,
>
> comme convenu je me permets de vous contacter afin de vous présenter le
> travail qui sera fait en amont de votre venue.
>
> Pour commencer, mes élèves ont eu l’un de vos livres à lire pendant les
> vacances:
>
> – Ecoute pour les CE1 CE2
>
> – Quant au guépard je t’en parlerai plus tard, pour les CM1 CM2.
>
> Au retour des vacances nous commencerons par un brainstorming concernant
> le livre et les poèmes. Puis nous analyserons certains poèmes (choisis
> par les élèves) en utilisant les questions « Qu’est-ce que ça dit?
> Qu’est-ce que ça me dit (fait)? Comment c’est fait? ». (Je garderai trace
> de ces échanges et vous les enverrai)
>
Super ! Une bonne discussion en perspective. Oui, envoyez moi un résumé de ces échanges que je puisse déjà y répondre en retour ou à ma venue selon la préférence des classes.
Selon, ce qu’il en ressort, d’autres séances seront à réaliser pour affiner le questionnement et ses pistes de réponses. Ça pourra se mener soit de suite (au risque de bouleverser votre idée de panorama d’approche qui me semble excellente), soit plus tard dans l’année (en lecture poétique, rien ne presse) ou lors de mon passage aussi.

> Sur les séances suivantes, d’autres poèmes plus ciblés seront lus et
> feront l’objet d’échanges et d’interprétations toujours basés sur les 3
> questions. (Poèmes tirés de Croquer l’orange, Que sais tu des rêves du
> lézard?, et de votre page internet). J’aimerais que ces séances
> permettent à mes élèves de comprendre votre style d’écriture et de
> développer leur imaginaire tout en respectant le texte et l’illustration.

Là, le retour pourrait être un tableau/texte, peu importe la forme, qui dresserait comme un panorama, une cartographie de mon/mes écritures. Ça m’interesse bien de voir cela. Ce pourra être un sujet de discussion avec les classes lors de ma venue.
Bien sûr, noter aussi le questionnement sur les poèmes, si besoin de manière à ce que je puisse apporter des éléments de réponse d’une manière ou d’une autre.
>
> En parallèle, lors des séances de bibliothèque les élèves découvriront
> avec la bibliothécaire d’autres poèmes ou livres (fournis par la
> communauté de commune).
> parfait.

> J’utiliserai certains poèmes de Mille-cinq-cent-dix-sept-pieds et
> Twenty-two sandwiches pour travailler la composition des poèmes (nous
> évoquerons les rimes, les vers, la silhouette, les strophes, les pieds
> et l’Haïku). Évidemment ces poèmes seront aussi lus et écoutés pour leur
> contenu et feront l’objet d’échanges et d’interprétations.
> l’observation du comment c’est fait est primordiale pour se lancer ensuite dans l’écriture. là aussi on pourra en parler ensemble en classe.

> Enfin, ces séances de lectures seront entrecoupées de séances
> d’écriture, où les élèves seront amenés à développer leur imaginaire et
> leur sens poétique à travers de minis-productions. (à la manière de
> votre page web, sur la comparaison,à partir d’un mot ou d’un geste,…).
> lors de l’envoi des créations des élèves, réaliser un seul dossier pour la classe sinon c’est trop lourd pour moi à gérer. Merci. J’aime bien le coté mini production. On n’est pas obligé d’aller vers un travail fini tout le temps, mais faire des essais, des minis, des débuts : manier la langue, comprendre comment ça marche…

> J’espère pouvoir aborder tout cela avant votre arrivée. J’espère que ce
> travail sera bénéfique pour votre venue et n’hésitez pas à me dire si
> certains points vous semblent déplacés ou sont à supprimer.
> Vous avez un programme chargé pour les deux semaines qui précèdent notre première rencontre. Je ne suis pas certain que vous réussirez à tout mener mais ce n’est pas un souci. Prenez le temps. Tout est intéressant et tout va nourrir nos trois rencontres. Lancez les affaires et adapter au rythme et aux remarques des élèves. C’est la classe qui invente son parcours de lecture. Comme vous me tiendrez au courant nous pourrons affiner ensemble ce parcours et les contenus des rencontres.

> J’ai sollicité vos interventions car la poésie n’est pas un style
> d’écriture que je maîtrise, je pense que mon imaginaire est trop
> restreint malheureusement. J’espère que celui de mes élèves est encore
> très développé et qu’ainsi vous pourrez leur permettre de développer
> leurs compétences et leur confiance dans ce domaine. J’espère également
> que la passion que vous avez pour la poésie réveillera chez certains de
> mes élèves une envie d’écrire pour le plaisir.
>
> Cette année nous travaillons sur le thème de la nature. Je ne sais pas
> si ensemble nous produirons un poème collectif ou des productions
> individuelles. Je n’ai pas d’idée concernant le déroulement pédagogique
> de vos interventions, pourriez-vous me guider sur ce point?

ce cm
J1 Un jeu de question réponse autour de tout ce qui aura été réalisé en amont.
Un jeu de question réponse autour de tout ce qui aura été réalisé en amont.

J2 Un éveil à l’imaginaire Un éveil à l’imaginaire
J3 Atelier d’écriture Atelier d’écriture

Nous nous voyons trois demi-journées, donc en gros 3×90’. Nous pourrions partir sur ces trois pistes, sachant qu’on s’adapte au fur et à mesure à ce qui est vécu par la classe au jour j.
J1 ; je commencerai par présenter un livre. Je propose que la classe choisisse le livre dont elle aurait envie d’entendre l’histoire. Je présente alors comment est né le livre et je lis quelques extraits. On en parle un peu.
Ensuite : vu que la classe aura énormément brassé d’idées, de questionnements , je pense qu’il est nécessaire de prendre le temps de parler de tout cela. ce qui intrigue, ce qu’on pense, ce qu’on a trouvé, ce qui questionne etc
S’il nous reste du temps, et bien on verra. On peut tjs lancer un mini atelier d’écriture.
J2 éveil de l’imaginaire
L’imaginaire ça s’apprend aussi, comme le reste. Alors je vous propose lors de cette séance de travailler là-dessus. D’ouvrir des pistes. D’offrir du rêve.
On aura besoin, si c’est possible bien sur, du vidéo proj. On travaillera à partir de photos (avec ou sans Aston) ; des photos de nature puisque c’est votre thématique. Divers exercices exploratoires seront proposés à l’écriture des élèves, et discussion bien sur. On n’aura pas de textes finis, on aura des pistes à suivre, à creuser. Ils auront donc besoin de leur brouillon, ou cahier d’art pour explorer tout cela.
J3 : on partirait sur un ou plusieurs ateliers plus formels. Un collectif qui jouerait sur la structure : pieds/rimes par exemple. Et un plus individuel. On aura le temps de préciser cela ensemble.


> Après votre passage, je souhaite travailler la mise en voix des poèmes
> et l’illustration afin de publier nos travaux sur notre ENT.
>
> La personne qui s’occupe de la bibliothèque (et qui lira certains de vos
> livres et poèmes aux élèves), aimerait vous rencontrer et participer à
> la première intervention afin de vous poser quelques questions sur votre
> travail et son interprétation. Cela vous gêne t-il?
> non pas du tout, elle peut être présente au trois rencontres. Juste veiller à ce que son questionnement soit en phase avec celui de la classe, sinon on en parle à la récréation ou après l’intervention.
> Je vous remercie par avance.
>
> Cordialement.
>
> Amandine Leloir.
>
>
> Ecole de Guny
>
> 0323398415