PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

La Suze sur Sarthe


17 mars : rencontres avec les deux classes. Résumé à venir ici

19 mars : salon du livre poésie
excellent salon !
podium

Bonjour Patrick,
Je vous livre quelques questions posées par les deux groupes de CM :

Depuis combien de temps écrivez-vous ?
J’ai commencé à écrire dès que j’ai pu : sur les murs de la maison… puis j’ai appris à l’école. On a tous appris à écrire. C’est pas comme la danse ou la musique, ou le sport. J’ai commencé à écrire pour moi, à créer vers 14 ans. Un journal de bord où je racontais ce que je faisais, ce que je pensais et très vite ces textes sont devenus des poèmes. Je ne sais pas pourquoi mais c’est venu comme ça.

Comment vous est venue la passion de la poésie ?
Je ne sais pas trop. J’aimais bien certains poèmes qu’on écrivait dans nos cahiers de récitation en classe comme ou bien
mais sans plus. Puis je me suis mis à écrire des poèmes et comme mes amis m’encourageaient (ils étaient gentils) j’ai continué à écrire et à lire. Je lisais et je continue à lire beaucoup de poètes, des anciens, des contemporains, des étrangers. Si on veut avancer dans un art ou dans un sport, il faut découvrir ce que créent les autres. On n’est pas tout seul.

Avez-vous appris seul à écrire ?
Oui dans le sens où je n’ai pas pris de cours d’écriture comme on peut prendre des cours de dessin ou de musique, ou s’entraîner à un sport avec un entraîneur ou un coach.
Dans certains pays il existe des cours à l’université creative writing pour devenir écrivain.

Comment faites-vous pour trouver toutes ces idées ? Comment l’idée du recueil  » Mille-cinq-cent-dix-sept pieds sur le papier  » est-elle venue ?
Les idées, ça vient du quotidien. De mes pensées. De ce que je vois ou ressens. De l’actualité. Pour les 1517 pieds je voulais travailler le limerick. Une forme de poèmes née en Angleterre, rythmée, rimée et pleine de cet humour anglais qu’on définit souvent par nonsense. Edward Lear au 19e siècle a popularisé ce type d’écriture.
Le déclencheur c’est souvent l’actualité, le jeu c’est de traiter cette actualité de façon humoristique, courte et rythmée/rimée.

Combien de recueils avez-vous écrit ? 99 livres en tout c’est à dire avec les livres d’artistes, les romans, les albums, les livres de pédagogie.

Avez-vous enseigné la poésie à vos élèves ? Bien sûr. Ils n’avaient pas le choix.

Les élèves sont curieux de vous rencontrer, c’est la première fois qu’ils rencontrent un auteur. Certains d’entre eux ont participé l’an dernier aux rencontres poétiques, nous avions reçu la plasticienne Pascale Etchecopar.
Vous interviendrez dans ma classe de CM2, 25 élèves, le matin. L’après-midi vous serez avec le groupe des 23 élèves du CM1 de ma collègue Emmanuelle Moulin. 
A la semaine prochaine,
Cécile