PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

nos livres


100ex en octobre 2018
100 autres en janvier 2019

Dans ce livre, ce sont les aquarelles de Nathalie de Lauradour qui ont généré le texte.

*
Capteurs de rêves
poèmes Patrick Joquel
photos Flora Divina Touzeil
100ex

ISBN 978-2-9538632-3-9
5,00 €
Pour les blogueurs, le tandem Flora Divina-Touzeil/Patrick Joquel n’est pas inconnu. On remarque leur compagnonnage sur le site de Patrick Joquel où ses haïkus accompagnent souvent des photos publiées sur le biloba de Jean-Claude Touzeil.
Capteurs de rêves, c’est un assemblage cohérent d’images (de l’une) et de mots (de l’autre). L’une a l’œil exercé, l’autre le mot pertinent, et nous voici devant des pièges à rêves que seuls méritent les lève-tôt : toiles d’araignées devenues pièces de bijouteries, habitat fragile de la poésie, tremplins éphémères de l’émerveillement. On passe le gué, d’une image à l’autre, découvrant avec plaisir les photographies qui s’égouttent et les mots qui s’écoutent. Un petit livre qui prend la forme d’un bloc-note à feuilleter sans modération.
Alain Boudet

http://www.latoiledelun.fr/spip.php?article679&lang=fr

***


Glace Belledonne

Glace Belledonne
aux éditions de la Pointe Sarène
isbn 978-2-9538632-2-2
5€

un petit ouvrage poésie signé Perrin Langda, avec une couverture signée Danielle Berthet (encres).

Disponible en librairie ou chez l’éditeur, contact via le site. Chez les auteurs également pour la dédicace.

le site de l’auteur

http://poesis.wordpress.com

le site de l’illustratrice

http://www.facebook.com/danielle.berthet.12

www.danielleberthet.com

**critiques *** Jean-Claude Touzeil a lu :
Perrin LANGDA : Glace Belledonne, éditions de la Pointe Sarène.
Si, comme moi, vous ignorez le sens de Belledonne, sachez que c’est le nom d’un massif des Alpes de la région de Grenoble. Cela dit, attendez-vous à des surprises dans la « lecture » de ce paysage de montagne qui n’a rien d’une banale carte postale. C’est que le regard du poète va tout changer : sous l’oeil malicieux de Perrin Langda, ce massif de Belledonne devient une glace géante, flottant sur un océan de douceurs, toutes plus appétissantes les unes que les autres, au milieu d’une rivière de menthe… C’est aussi que le point de vue s’affirme comme original et volontiers déroutant tout au long du recueil. Par exemple, ce poème qui donne carrément le vertige : Funambulisme légèrement hyperbolique // à droite / en bas / les files / d’autos / comme / des fourmis / à gauche / plus haut / le mur / de pierre / qui grimpe / vers des / paraboles / célestes / et sous / les pieds / le rebord / du trottoir //
Par ailleurs, le poète montagnard s’adonne souvent à l’escalade : pour cela, il se métamorphose en chat et en profite pour faire son bilan : …/…un peu plus de / neuf vies / je suis / toujours / sur pattes //
Enfin, pour l’anecdote, signalons que le poème intitulé L’homme qui fumait les soirs d’été figurait déjà sur la balise n° 9 du « Chemin des Poètes » en 2015.
Voilà, voilà…
J-C. T.

Patrice Maltaverne :

Avec « Glace Belledonne », vous verrez les choses autour de vous autrement, de manière plus sympathique, pourrait-on dire.

Comme si Perrin Langda avait le don de prêter des formes humaines, pour ne pas dire féminines, à la nature. Pour lui, cette dernière brille de mille feux (de la rampe) !

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/2017/04/glace-belledonne-et-laventure-de.html

**
Perrin Langda, Glace Belledonne
Tout schuss
Perrin Langda n’hésite jamais à prendre le che¬min le plus court pour grim¬per aux mon¬tagnes, quelle qu’en soit la nature : glace Bel¬le¬donne au « som¬met de sucre et rivière de menthe », « chi-cots tout blancs comme som¬mets ennei¬gés », Miss sports d’hiver et son “immense domaine friable”. Bref, le poète s’affranchit des ava¬lanches nar¬ra¬tives afin de pro¬po¬ser sa foca¬li¬sa¬tion dif¬fé-rente sur le monde. Dans chaque vignette, les mots sortent du cadre réa¬liste dont ils s’inspirent pour faire val¬din¬guer les choses vues.

Le poète n’est pas de ceux qui comptent ses strophes, le nombre de pieds de ses vers, la lon¬gueur de ses poèmes. D’où leur charme et leur drô¬le¬rie en cet exer¬cice de rapi¬dité. La poé¬sie pro¬pose une foca¬li¬sa¬tion et une fan¬tas¬ma¬go¬rie par¬ti¬cu¬lières non sans une cer¬taine pré¬ci¬sion afin de faire sau¬ter les gonds de la simple évo¬ca¬tion. La désin¬vol¬ture appa¬rente pro¬pose une sub¬jec¬ti¬vité qui enlève au réel sa superficialité.
Exit les épan¬che¬ments de syno¬vie affec¬tive. L’auteur rap¬pelle Brau¬ti¬gan dans sa manière d’évacuer le lyrisme. La fonte du réel gicle loin des miroirs de l’ego afin de don¬ner un air plus léger au chaos. « L’être-là » glisse au-delà des pistes bali¬sées. Le char¬mant rem¬place le déco¬ra¬tif par des jeux for-mels de détour¬ne¬ments où l’ironie demeure constante.
Elle accorde au réel un trou énorme. Il suf¬fit de se jeter dans sa « purée de pois opaque » pour être déli¬vré du poids de l’existence. Au besoin, en grim¬pant sur le télé¬siège du poème « sans rien avoir d’autres que ses skis de loca¬tion au pied ». Plus tard, il suf¬fit de godiller non pour des¬cendre vers l’ocre des cha¬lets mais regrim¬per sur les falaises du Ver¬cors et ses alpages conge¬lés comme Bashung le pro¬po¬sait dans des « fan¬tai¬sies » que ne renie pas Per¬rin Langda. Bien au contraire.
jean-paul gavard-perret
Per¬rin Langda, Glace Bel¬le¬donne, encres de Danielle Ber¬thet, Edi¬tions de la Pointe Sarène, 96370 Mouans-Sartoux, 2017 –5,00 €.

http://www.lelitteraire.com/?p=29189

**
Lire Perrin Langda, c’est découvrir un univers tendre et émouvant, où l’humour n’est jamais loin. Une filiation brautiganienne. Un regard qui a la fraîcheur de l’enfance. Sa fantaisie aussi. Estelle Fenzy.
*
Glace Belledonne
Perrin Langda
Couverture de Danielle Berthet
Éditions de la Pointe Sarène, 2017
ISBN 978-2-9538632-2-2
5,00 €
Glace Belledonne, ce pourrait être un dessert à déguster. D’ailleurs, c’en est un… Des textes savoureux d’amoureux de la montagne sous la neige… mais pas que. Il y a de l’été aussi dans ces délices. De l’automne même peut-être ou ses couleurs. Il n’y a de massif que la montagne dont il est question. Pour le reste, l’écriture, le regard, les sentiments, tout est léger avec ce précieux décalage de qui, sérieusement, ne se prend pas au sérieux. Un tout petit livre de 30 grammes tout juste à déguster avant la fonte des neiges ;+)).
Alain Boudet

http://www.latoiledelun.fr/spip.php?article680&lang=fr

*

Christ aux pieds nus
Un
livre de Dan Bouchery. Poèmes et photos.

24 septembre : à propos du Christ aux pieds nus, de Dan Bouchery à nos éditions de la Pointe Sarène

Un petit mot de Benoît LEPECQ

écrivain et comédien :

Merci pour « Christ aux pieds nus », Dan.

Tant de simplicité dans ce petit ouvrage force l’admiration.

 

 

22 avril
Dan Bouchery lira les textes de Christ aux pieds nus le 19 mai prochain dans l’église Saint-Sauveur de Beaumont-en-Auge.

 

Christ aux pieds nus

Textes, installations et photographies Dan Bouchery
Éditions La Pointe Sarène
Février 2012
40 pages
8 €
5 traverse de l’Orée du bois 06370 Mouans-Sartoux
www.patrick-joquel.com
www.danbouchery.tk

christ-aux-pieds-nus© Gros TextesEn mars 2011, le dernier numéro d’Ici & Là, la revue de la Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines, avait présenté la préface de Jacqueline Held, quelques photographies et textes dont on trouvera ici l’intégral du projet.

Douze photographies de calvaires au pied desquels Dan Bouchery dépose cinq chaussures dépareillées, trouvées, donc abîmées, sur la route, la plage, un caniveau, un trottoir,…

Douze textes pour dire la misère des hommes avec simplicité mais lucidité.

La modestie de l’édition ajoute au propos de l’auteure-photographe en colère.

Si le noir et blanc retenu pour l’édition (pour d’évidentes raisons économiques : le recueil de 40 pages ne coûterait pas 8 € !) retire de la qualité aux images, certaines chaussures se fondant trop dans les ombres trop noires, il apporte une dimension particulièrement poignante à ces souliers de pauvres. Pieds meurtris. Pieds souillés. De poussière, de boue, de fatigue et de larmes. Pieds usés de nos angoisses et de nos doutes. Souliers-visages de la misère, comme le précise subtilement Jacqueline Held dans sa préface.

Quelques-uns des douze poèmes évoquent directement, frontalement, cette misère de l’homme :

Dans le noir sidéral
De leur prison
Psychique
Ils arpentent les murs
Guettant la fissure (…)

Ou

Mais, qu’est-ce qu’ils ont tous
À la fin
Avec leur faim ?

Ou encore

Qu’est-ce qui
Vous a
Menés
sur ce banc au mieux
Sur ce trottoir au pire (…)

Cela n’est jamais du misérabilisme. La poète n’est jamais donneuse de leçons. Elle est poète.

Si d’autres textes semblent ne pas aborder de face le sujet que déclinent les installations et photographies, c’est pour mieux nous faire prendre mesure de la place de l’homme dans l’environnement, qu’elle parle des eaux

On épure
On épure les eaux
On épure
Les hommes (…)

ou de l’herbe

On te marche
Dessus
On te crache dessus
On te pisse
Dessus

Ces textes incisifs, souvent verticaux, effilés come lames de couteau, trouvent place sans honte aucune aux côtés des Poèmes de l’infortune de Rutebeuf, des Complaintes de Jules Laforgue, desPâques à New York de Blaise Cendrars et, plus près de nous, de la trilogie de la préfacière Jacqueline Held*.

D’aucuns s’arrêteront à la dimension « christique » du propos. Ce serait réducteur. Si Dan Bouchery vivait en Asie, elle aurait réalisé les mêmes installations au pied des temples bouddhistes ou shintoïstes. Il ne s’agit pas de rechausser le christ, figure pathétique de la misère insolvable du monde, mais bien de montrer que certains qui s’arrogent le titre de décideurs, politiques et financiers, banquiers et spéculateurs, n’ont de cesse de crucifier les plus fragiles d’entre nous, les va-nu-pieds, qui ont abandonné tout espérance comme Dan Bouchery abandonne leurs chaussures au pied d’un symbole bien falot de l’espoir, espoir que la poète propose de lancer Loin / Très haut. Peut-être hors de portée de l’humaine condition.

Jacques Fournier

* Mots sauvages d’un temps sauvage et Mots sauvages pour les sans-voix, éd. Gros textes ; Le Chant des invisibles, éd. Corps Puce.

 

 

17 février
 

Ce livre regroupe 7 poèmes et 7 photographies d’installations mises en place par Dan Bouchery en Normandie et en Vendée. Il y a dans ces réalisations l’expression d’un cri. Mais ce qui les porte et les fonde, c’est une puissante empathie pour tout ce(ux) qui souffrent, ceux dont les existences sont gommées, les sourires effacés, les visages laminés. Des installations éphémères pour une parole posée avec force et qui, elle, monte et demeure.

Alain Boudet : http://amb.boudet.perso.sfr.fr/

3 février : Parution d’un second livre à nos éditions de la Pointe Sarène. Christ aux pieds nus, poèmes et photo de Dan Bouchery. 100 ex. 8€.

 

 

Quelques mots de Dan Bouchery à propos de son livre : Ces installations et les « photos du Christ… cela évoque le côté noir de la vie des Sans abris. A Paris, dans les recoins des porches, les humains sont cachés sous des tas d’habits, de couvertures. C’est à peine si on les voit. Ils disparaissent aux yeux d’une société qui voudrait les faire disparaître. Il y a un côté noir au statut d’exclus.

Un extrait :
Tous

Dans la même rue

Dans une rue pentue

Nous sommes entraînés

Certains glissent trébuchent même parfois

Quelques-uns s’échappent

Au-delà de leurs rêves

Ils suivent les papillons

Tandis que d’autres surveillent

Les tas de leur fortune

La lune n’est pas à vendre

Dites-leur

Qu’il faut compter en croches

Et double croches

Pour mieux s’accrocher

Aux jours qui s’enfuient

Seule

L’horloge du temps

Applaudit

**

Bientot ici la couverture !

**

La préface de Jacqueline Held

Démarche
originale et forte – l’œuvre d’art n’est-elle pas ce qui nous surprend, nous
jette hors des sentiers

battus ?

Préface

Cetteréalisation de Dan Bouchery nous donne à voir l’EXCLUSION, la misère, l’universelle errance, démesurée, envahissante, démultipliée par la criseactuelle. Interminable pèlerinage humain. Autour de nous. En nous.

Point de départ : c’est d’abord en demandant au passant anonyme l’une de ses chaussures, dans un parc de Paris, en 2005, que le projet
a démarré. En 2008, ce projet a évolué et c’est avec des chaussures trouvées et rassemblées par cinq (comme une petite famille ?) que Dan
décore son premier site. Elle installe cette collecte en guise de fleurs au pied d’un calvaire, puis photographie. Les installations restent sur place. Douze calvaires à ce jour, de Basse-Normandie et de Vendée, ont accueilli ses installations. Chaussures trouées, symbole des exclus. Chaussures-prières, offrande des presque va-nu-pieds. Prières de demande. Prières de pardon. Cris d’angoisse et de supplication. Cris de révolte et de questionnement. Parfois cris de confiance aussi.

À partir d’une sensibilité frémissante ouverte aux autres et sur le monde, à partir d’une grande souffrance personnelle, Dan Bouchery nous
conduit à mieux prendre conscience que nous sommes tous, de manière ou d’autre, à tel ou tel moment de notre vie, les exclus de quelque chose ou de quelqu’un.

Ce qui nous frappe d’emblée, dans ces installations, ces photos, c’est la très grande empathie de l’artiste. Empathie : faculté de
se projeter sur un mode cosmique où non seulement l’humain mais l’animal notre frère et même l’humble végétal subit l’inégalité, l’exclusion. Telle, l’herbe folle, l’herbe sans nom, exclue de l’aristocratique herbier.

Au pied de la croix, des souliers… Souliers de toutes sortes : grosses chaussures de marche. Très usagées. Tongs. Très usagées. Charentaises. Très usagées. Ballerines. Très usagées. Sabots. Très usagés… Souliers de pauvres. Pieds meurtris. Pieds souillés. De poussière, de boue, de fatigue et de larmes. Pieds usés de nos angoisses et de nos doutes. Souliers-visages de la misère. Souliers percés : trous,
déchirures de l’exclusion. Douleurs de toute vie. Celle de Dan. La nôtre aussi. Dan nous invite à ressentir avec elle. À com-patir au sens profond du verbe –et de toute passion – « souffrir avec »

Douze poèmes accompagnent Christ aux pieds nus. Douze poèmes comme les douze apôtres : dans un monde de plus en plus divisé, compartimenté, réglé, trié… court à travers ces textes le fil d’or de la révolte contre une société impitoyable plaçant – tel Charlemagne ! – les bons à sa droite, les mauvais à sa gauche, se réservant ce qui lui est utile, mettant au rebut, vouant à l’exclusion, à l’oubli, à la mort tout ce qui ose déplaire : handicapés, S.D.F., eau « usée »… « Les pauvres, les impuissants, les indigents, les inutiles ».

Démarche d’indignation, ardente et lumineuse dont la simplicité, la naïveté voulue fait toute la force. Oui, Dan Bouchery nous donne
ici un témoignage puissant. Merci à elle
.

Jacqueline Held

*****

Un pas de côté, de Thomas Vinau.

à propos d’Un pas de côté, de Thomas Vinau- édité à nos éditions de la Pointe Sarène :

Saluons d’abord l’initiative de Patrick Joquel qui inaugure avec ce livre ses éditions Pointe Sarène. Il convient
de préciser qu’il s’agit de micro-édition, l’univers de prédilection de Thomas Vinau, poète plus à l’aise dans la brièveté que dans l’écriture au long cours. Un pas de côté dresse une liste sur le mode litanique, à raison de cinq à sept vers par page, le premier constituant le leitmotiv déclencheur : « je suis du côté. » Thomas Vinau dévoile ainsi ses inclinaisons naturelles. En voici quelques unes, en vrac : « Je suis du côté / des ratures et des gros mots / des cheveux
en bataille / des doigts d’honneur / des pieds mouillés / des trous de taupe dans la terre / des gorilles mélancoliques / des petites récoltes / des maladroits des ahuris / des noisettes entières dans le chocolat… » Un pas de côté se lit très vite, comme si l’auteur ne voulait pas embarrasser son lecteur plus longtemps. Au-delà du sourire amusé que procure cette énumération un rien récréative subsiste néanmoins un sentiment de malaise, semblable peut-être à celui éprouvé à la lecture de poèmes de Boris Vian, l’impression qu’il faut faire un pas de côté pour s’inventer des respirations salutaires. La poésie permet cet écart là.

Alain Helissen

Premier livre édité par les éditions de la Pointe Sarène au printemps 2011. 6€. Tirage limité à 100ex.

extrait :

Je suis du côté

des ratures et des gros mots

des matins des cendres

des bourrasques

des couples de corbeaux

Je suis du côté
des cheveux en bataille
des cœurs gros
des branleurs

on peut commander ce livre par courriel, voir contact.

inter cdi par Odile Bonneel

COLLEGEPointe SarèneVINAU, Thomas. –Un pas de côté. –Mouans-Sartoux : Pointe Sarène, 2011. -38 p. ; 11 cm. –EAN13 9782953863208 : 6 e.Anticonformisme. Le premier livre des éditions Pointe Sarène qui éditent aussi la revue Cairns. T. Vinau décline le premier vers « Je suis du côté… » des doigts d’honneur, des mauvaises pensées, des orties, des sifflets en noyau d’abricot, des herbes folles, des questions d’enfants, des timides, des hurluberlus, des squatteurs, des bouseux, des éviers qui fuient, des jours qui filent, des bouteilles à la mer, de la fraternité…Elèves, à vos crayons, poussez la chansonnette, poursuivez !…Collège. O. B.

Ce titre est épuisé.

.