PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

bonjour

Bonjour, dans l’ordre sur cette page : dernières parutions,blog quasi quotidien,
*
*

Petit objet à poser sur son bureau ou ailleurs et durant une semaine une photo et son haïku accompagnent le regard. Présence silencieuse d’un instant nature.
Un petit objet à contempler, pour s’aérer… Rêver…
Un petit objet à s’offrir ou à offrir.

Tous les détails pour passer commande ici : http://www.carnetphotographique.com/index.php?/
*

c’est aux éditions Colline inspirée, à Kinshasa
*
juin 3 021
23

Le droit de rêver
de ronronner ail, persil
et frites sauvages

(c)Photo Flora/haïku Patrick
22

les brumes vagabondes
découvrent le vertige
tout un territoire abrupt
frémit sous leurs paumes
douceur des différences

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
21

furtif camouflage
au jeu du plus immobile
tu es le vainqueur

(c)Patrick Joquel
20

comme de nombreux VIP
j’ai mon vignoble et mon vin
un vin soyeux
nocturne et félin
pour apaiser vos nuits blanches

(c)Photo Flora/haïku Patrick

19

L’éveil
l’enfant répète inlassablement
un des mystères du monde
des gouttes solaires
la vie funambule précaire

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
18

fluide et mouvant
le temps caresse les sables
ta mémoire se souvient
de tous ses jeux de lumière
et de chaque rumeur

(c)Patrick Joquel
17

sculpture éphémère
jeu de corolle et de lignes
l’espace et le temps

(c)Photo Flora/haïku Patrick
16

combien de pas
combien de passants
pour écrire cet itinéraire
combien de rêves et d’espoirs
combien de passés
?

(c)Patrick Joquel
15

le soleil l’absence
une vague solitude
le vide au repos

(c)Photo Flora/haïku Patrick

14

les couleurs du monde
témoignent de sa vie folle
comment s’en lasser

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
13

tu veux goûter l’infini ?
je te préviens
il est salé en bouche
et bleu aux yeux
caresses garanties sur ta peau nue
(c)Patrick Joquel

12

la méditation
s’étendre au bout de soi-même
sphère de lumière

(c)Photo Flora/haïku Patrick
11

de multiples passés t’accueillent ici
toi passant d’un jour
tu les respires
tu les écoutes
à ton tour d’être présent

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
10

entends-tu palpiter
ces anciennes heures humaines
les rires des enfants
le feu et peut-être la peur
vivre ici

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
9

les rouleaux de nuages
les vagues de calcaires
le surfeur écume la houle
le chemin roule et tangue
le poème aussi

(c)Patrick Joquel

8

le mistral
cet ébouriffeur de rochers
ce créateur d’écueils
me tient entre ses mains
et je ris comme un vieux jouet

(c)Patrick Joquel
7

espoir de donner
encore un peu de beauté
l’instant si léger

(c)Photo Flora/haïku Patrick

4

calcaire présence
être là de tout son poids
pour les hirondelles

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
3

la clarté
porte un prénom de conifère
et le sourire médite un randonneur
un pic joue
son bec d’exclamation

(c)Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com

02

vivre au doux des pierres sèches
vivre à la caresse des nuages
à l’ombre des vents
corps étonné
vêtu d’immensité

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
01

infusion spatio-temporelle en cours
gps immobile
mode avion
le regard nu souffle un nuage
repos du corps

(c)Patrick Joquel
mai 2 021
31

pays brossé de mistral
parfumé de bleus multiples
nos regards marcheurs t’écument
ton silence grésille
et nous respire

(c)Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com
30

étrange présence
être au monde est si multiple
et toujours fugace

(c)Photo Flora/haïku Patrick

29

le guetteur de bleus
se souvient des temps pirates
ces jours si précaires

(c)Patrick Joquel


je marche en bleu vif
je laisse passer le temps
je deviens écume

(c)Patrick Joquel

28

on attend le vent
on attend tous l’élan du vent
pour partir germer ailleurs
on l’attend patience
on mûrit on s’allège

(c)Photo Flora/haïku Patrick
www.patrick-joquel.com

27
7j’ai un désir d’ermite
une envie insulaire
de vivre là où le solide
ne tient qu’à un fil d’écume
à ma peau d’homme

© Patrick Joquel
26

marcher à la pêche
et garder au frais la ligne
d’un léger pinceau

(c)Photo Flora/haïku Patrick
24

pour mieux réfléchir
et comprendre ta place au monde
tu penches la tête

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
23

Home sweet home
un abri troué
un tepee pour s’abriter
sous les bois flottés d’une plage
à aimer donner la vie

© Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com
21

chaque année
on guette cette éclosion
l’essor de la vie

(c)Photo Flora/haïku Patrick
19
aucun hêtre
ne manque à l’appel
et tout est peuplé
le visible et l’invisible communiquent sans frais
je passe

© Patrick Joquel

18

quel regard porter sur le monde
que choisir de voir
d’entendre
l’appel muet d’un reflet
le cancanement d’un réel
?
(c)Photo Flora/haïku Patrick
17

de lointains passés
te murmurent à l’oreille
ici rien ne dure

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
16

même si le sommet
en cache un autre
la sente étroite mène au bout du monde
le randonneur médite
son pas éphémère

© Patrick Joquel
15

désir d’exotisme
la savane à domicile
œil vert robe noire

(c)Photo Flora/haïku Patrick
www.patrick-joquel.com
14

j’use mes semelles
dans les vents de ce pays
d’absolu silence
et juste dans mon dos rêve
la mer et ses solitudes

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

13

comme à chaque fin d’hiver
le peuple en marche vers l’été
l’espère invincible
déployés
face au vent et fiers
ils avancent

© Patrick Joquel
12

on passe à côté
bien souvent sans rien y voir
simplement la vie

(c)Photo Flora/haïku Patrick
11

tu suis mille chemins
et tu te perds dans les murmures
d’un Brocéliande brumé
chacun à son échelle
songe la Terre

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
10

chênaie gribouillis
ou bois des mille caresses
sur la chair du silence

© Patrick Joquel
09

levant le regard je m’interroge
combien de temps
l’infini dure-t-il ?
à coucou je te vois là
le bleu joue masqué

(c)Photo Flora/haïku Patrick
08

levant le regard je m’interroge
combien de temps
l’infini dure-t-il ?
à coucou je te vois là
le bleu joue masqué

(c)Photo Flora/haïku Patrick
007

la brume à tâtons
cherche la bonne aventure
et toi un vieux cairn

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
06

d’une étoile à l’autre
tu as tendu des chaînes d’or
et libre tu danses

(c)Photo Flora/haïku Patrick
www.patrick-joquel.co
5

le ciel touche terre
et laisse derrière lui
un semis d’étoiles

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

4

quel joueur de paille
a soufflé ses lignes noires 
pour capter nos rêves ?

(c)Photo Flora/haïku Patrick
03

aux passants des brumes
lire la bonne aventure
l’objectif du jour

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
02

le bain quotidien
permet d’obtenir un teint
bien plus blanc que blanc

(c)Photo Flora/haïku Patrick
01

plus aucun bruit
la vie givrée fige un rire
mon pays rêveur

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
avril 2 021
30

la vie si discrète
j’aime la voir dans les bois
la vie si ancienne

(c)Photo Flora/haïku Patrick
29

les nuages
ont la passion de l’éphémère
les humains
tentent la durée
pour ma part je cherche la légèreté

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

28

entends le soleil
pays de mer et montagne
il vient te jouer

© Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com
27

Vu de l’œil d’un merle
à quoi ressemble ma vie
et pour lui qui suis-je
?

pas besoin d’aller sur mars
pour décaler son regard
vue de l’œil d’un merle
à quoi ressemble ma vie
et pour lui qui suis-je
?
(c)Photo Flora/haïku Patrick

26

je sais moi aussi
voler jusqu’au bout des ongles
planer l’essentiel

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

25

elle s’épanouit
toute en délicatesse et beauté
et même si l’on sait
sa fragilité
on ne s’en lasse pas

(c)Flora/Patrick
24

passent les saisons
tant et tant de vies séchées
reste la douceur

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

23

une jeune aube
pour un monde jaune
le marcheur savoure à pas légers
l’espoir d’entendre trois cerfs bramer
ou d’en voir un

(c)Patrick Joquel

22

vitesse
amplitude du pas
longueur du sourire contrôlés
merle aux aguets
aucun excès ne sera toléré

(c)Flora/Patrick
21

écume et ressac
le vent glisse le temps plisse
et le marcheur passe

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
20

le flocon d’un soleil
la goutte d’eau en pointe de chaque aiguille
transformation
l’instant si changeant
instant si présent

(c)Patrick Joquel

19

l’odeur d’herbes sèches
te prend aux yeux et t’emmène
tout droit vers la neige

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
18

quel géant
a marché ce matin sur les flots ?
Est-ce un ogre ou un sumo ?
Un poète ou ce désir
de vivre à ton tour
?

(c)Patrick Joquel
17

cambre-toi beau gosse
et jusqu’au bout des bourgeons
danseur joue la grâce

(c)Flora/Patrick
16

un crissé de neige
accompagne ton errance
ici peu importe la destination
l’essentiel est d’être
présent

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

15

quand je pense
qu’ici fumaient des volcans
j’ai envie d’allumer ma pipe
et d’écouter les cendres
me parler des jours brûlés

(c)Patrick Joquel

14
ouvrons les yeux au réel
tant de vies cachées
dont nous connaissons si peu
dans l’ombre un secret
crie son désir de lumière

(c)Flora/Patrick
13

l’abeille et son vol
dans toutes les dimensions
vivre absolument

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
12

le chercheur de lutins
avance à pas légers
à petits pas prudents
si le tapis s’envole
il risque un coup de nuage

(c)Patrick Joquel

11

la délicatesse
ce léger matin d’avril
me fond sous la branche

(c)Flora/Patrick
10

et la solitude
enracine ta présence
farouche et têtue

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com
09

tremper le silence
à l’ombre de l’infini
méditer la sieste

(c)patrick Joquel
www.patrick-joquel.com

le bassin chez Roselyne et Pierre Texier qui m’ont accueilli à Tours pour le Printemps des Poètes
2 021.
08

le jour s’est oublié
sans aucun bruit s’enfuit
à tâtons la vie

(c)Photo Flora/haïku Patrick
07

les chemins de bois
les pinceaux trempés dans l’encre
un songe infini

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

06

dans les vibrations d’air chaud
je cherche une ombre
l’aire à blé se souvient-elle
des voix et les gestes
de cette époque révolue

© Patrick Joquel
05

tu te crois de bois
mais tout tremble autour de toi
tout glisse éphémère

(c)Photo Flora/haïku Patrick
04

souvenirs d’enfance
atterrissage imminent
visiteur du soir

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel
www.carnetphotographique.com

03

le calcaire a de la mémoire
et je cherche à entendre
la voix fossilisée
d’un paysan aride
ou d’un sec berger

© Patrick Joquel

02

dans quelques instants
oui Mesdames et Messieurs
la belle jonquille

(c)Photo Flora/haïku Patrick

1

ce soir au Long Blues
le printemps aux fines herbes
grésille le causse

(c) Laurent Del Fabbro/Patrick Joquel

Toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l’auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L111-1 et L112-1 du code de la propriété intellectuelle.
Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdit sans autorisation du titulaire des droits.