PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

Aston en scène

Mon assistant Aston aime bien l’instant de pause… textes et photos©Patrick Joquel
ETE


Pour un bain d’soleil
j’aime bien les rhododendrons
c’est mon côté fleur


Liquide lumière
le temps contemple un instant
l’écume des jours


juste de passage
espace infini silence
si léger au monde


Dans ce monde flottant
j’hésite à croire en l’immuabilité des pierres
un instant ici
puis là
Des jeux de lumière


je la regarde
comme je la regardais à cinq ans
fasciné
coule avec elle un fragment intemporel
et pourtant


Je dessine aussi
pour une planète libre
joyeuse et légère


J’ouvre en grand le livre
change d’espace et de temps
Voyage immobile ©Patrick Joquel


Ici maintenant
je marche dans l’infusion
Retour au silence


Empereur d’été
le roc à barbe fleurie
médite une aiguille


Des lointains glaciers
de leurs fracas silencieux
les lacs se souviennent


Dans l’eau les nuages
méditent sur le fugace
Le temps ses échelles


Compteur de cailloux
ou Petit Poucet rêveur
quel métier choisir ?


Comment concilier
désir d’ici et d’ailleurs
Le rêveur voyage


Ça donne à rêver
n’est-ce pas tous ces pays ?
Je suis si petit ©Patrick Joquel

PRINTEMPS

Home sweet home
un abri troué
un tepee pour s’abriter
sous les bois flottés d’une plage
à aimer donner la vie


Dans le cerisier
Aston joue au vieux Bashô
et les siècles rient
*

Ce pin solitaire
j’aimerais tant le rejoindre
Écouter sa voix
*


Je me sens faible
La potion alternative
j’y suis pas tombé
*


Travailleurs ! Flâneurs !
Ce matin je vous bénis
Allez dans la paix !
*


Ah ! Tous ces glaçons
et pas une seule goutte
de whisky tourbé
*


Parfois le matin
je me sens au premier jour
Frisson de l’instant
*


Pas d’bourgeons pas d’pommes
Pas d’papayes pas d’bananes
A quoi bon grimper ?
*


j’attends ce matin
pour partager les croissants
et leur café noir
*


le thé matinal
interroge ton futur
ermite calcaire
*


ce soupçon d’infini
je l’accompagne un moment
de pause légère
*
Il résiste aux vents
*

Plein sud les nuages
imaginent une mer
Silence et fugace
**

HIVER

Début de saison
un premier vers de haïku
Clin d’œil et santé
*


Silence on contemple
l’espace et la solitude
Bonheur grand confort
*

Check list siestallage
mer sable et soleil ok
Détente absolue


Bain de soleil bleu
J’écoute en état de grâce
l’horizon rêver
*


Songe d’un langage
autour de milliers de veilles
braise le silence
*


Un zeste d’orange
L’horizon tendre sourire
contemple et silence
*


*


compteur de galets
ou bien pêcheur de soleil
comique ou cosmique
*


Au chaud des flocons
il est heureux et léger
cet Aston givré
*

Créateur d’instants
Quel magnifique métier
Thé soleil silence
*


La peur de la perte
chacun l’éprouve un beau jour
et la poésie
**


Cap sur Olympus
Paré pour le décollage
Ah ! ski vertical
*


Comment discuter
avec ce communiquant
à langue de bois
*

Fondu d’îles désertes
il mijote à feu doux
ce guetteur d’été

**


hiver loin des skis
hiver trop loin de la neige
nostalgique Aston
*

Présence mouvante
je peux regarder la mer
m’absorber longtemps
*

Toujours bien heureux
de le revoir celui-là
On est si peu d’chose
*


Comme un bananier
je médite en ma cabane
Affût du haîku
*


La mer les nuages
la neige et ses noms multiples
Dix mille mystères
*


Retraité ? Mais non !
Voici mon nouveau métier :
Porteur d’Aston
*


Si ça continue
je vais connaître un souci
cryothérapique
*

Tout au bord du vide
je médite un bleu grand cru
Silence affiné