PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

cannes jeunesse

Cannes jeunesse
printemps des poètes 2022
thème la différence, l’autre/l’éphémère
*
Mercredi 23 mars

printemps des poètes Cannes jeunesse à la villa Noailles.

Règle du jeu : créer un court texte/groupe en 10 minutes.

Quatre photos secrètes. Quelqu’un joue le dé. Le dé choisit la photo. On la retourne. Pendant 29 secondes chacun cherche un mot dans sa tête. Ensuite on les partage puis on commence à créer une phrase etc.

photos choisies par le dé

groupe Ibrahim Ranguin
Au coucher du soleil
quelqu’un utilise un paddle
entre les lanternes flottantes
c’est beau

groupe Apolline Riou
Les nuages tempêtent le ciel
ils emportent le yacht
dans un tourbillon cascade

Groupe Jade Riou
Les pélicans vont se coucher
en même temps que le soleil
et les nuages
je mets des bougies sur l’eau
je les allume
elles éclairent le chemin

Groupe vanessa Picaud
Les nuages accompagnent le paquebot
sur la mer Méditerranée
le soleil lui rend visite pour le dîner

groupe Paloma Picaud
Au coucher du soleil
un homme flotte
des lanternes scintillent le paysage
et l’éblouissent
beauté intemporelle

groupe Ayem Giaume
la peluche marche sur les rochers
elle voit le ciel en haut de la montagne
et les nuages

groupe ? Giaume
Grand soleil
beau soleil
belle mer brillante
belle mer
beau soleil
belle vague

groupe Maxime Ranguin
un catamaran navigue
le capitaine voit un nuage gris
au loin sur l’horizon
il se dit
- attention au vent
aux vagues
et aux tornades

le dé est facétieux : une photo jamais choisie, deux souvent, et la dernière dont je n’ai pas retrouvé l’original dans mes dossiers (Greg tu peux me renvoyer les quatre photos si tu les as encore, je les range dans le dossier Cannes) montrait Aston en haute montagne, sommet, falaises, rocher, ciel…

Le système a bien fonctionné dans le temps imparti. Enfants et animateurs étaient au top, curieux et tous ont bien joué le jeu.

9 mars
les poèmes de Ranguin, 2e salve;
Bonjour Patrick

Les enfants ont écrit de nouveaux poémes

La Différence
Chère sœur blanche,
Quand j’étais dans le ventre de ma mère, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis en vacance au  soleil, je suis noir,
Quand je suis triste et malade, je suis noir,
Quand je vieillirais , je serai noir.
Tandis que toi, sœur blanche,
Quand tu étais dans le ventre de ta mère, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanche,
Quand tu vas en  vacance au soleil, tu es rouge,
Quand tu es gelé , tu es bleu,
Quand tu es apeuré, tu es vert,
Quand tu à la  grippe, tu es jaune,
Quand tu vieilliras, tu seras gris.
Alors, de nous deux,
Qui est une femme de couleur ?

Celui là d e poème ou un similaire, je l’ai déjà lu je ne sais plus qui l’a écrit peut être as tu l’original ?
En tout cas il joue bien avec les expressions du langage et c’est plaisant.
Une réussite 
!

La Différence

Un matin J’ai frappé à ta porte pour avoir un bon petit déjeuner,  j’ai frappé à ton cœur pour avoir de l’amour, pour avoir un peu d’amour pourquoi me repousser ? Ouvre-moi la porte de ton cœur …!
Pourquoi me demander si je suis du continent africain, si je suis du continent d’Amérique ou du continent d’Européen ? Ouvre-moi la porte de ton continent mon  frère…!
Pourquoi me demandes-tu la longueur de mon nez ? L’épaisseur de mes lèvres ? Pourquoi demandes-tu la couleur de ma peau ? Pourquoi demandes-tu le nom de mes dieux ? Aime-moi comme je suis mon frère… !
Donne-moi la clé de ton cœur Ouvre-moi tes beau yeux Car je suis un homme l’homme de tous les temps l’homme de tous les cieux
L’homme de La Préhistoire
L’homme de l’antiquité
L’homme des moyens âges
L’homme du temps moderne
L’homme du temps contemporain 
L’homme qui te ressemble…

Ibrahime

à la manière de René Philombe, poète du Cameroun, dont la vie a été plutôt difficile. Superbe poème et belle adaptation, oui.
À bientôt les enfants ! J’ai hâte de vous revoir.

*

30 janvier
les poèmes de Riou, 2e salve
LES PRINTEMPS DES POÈTES

J’aime bien vos poèmes. Ils sont simples et joyeux. IL y a juste deux phrases qui ne sont pas claires pour moi : pouvez-vous les préciser davantage ?
J’étais très content de venir vous voir et j’ai hâte de vous retrouver.
À bientôt.
Patrick

Je préfère la banane parce qu’elle a plus de goût que tous les autres fruits.

Elle ressemble à la lune
Et la couleur comme le soleil

La nouvelle année, nous dit, tu n’as pas les mêmes yeux que nous
Tu n’as pas les mêmes jambes que nous
Tu n’as pas les mêmes pieds comme nous

Dans la vie il y a des différents chats qui peuvent aller de partout
Ils ont différentes couleurs qui peuvent être blanc, noir, orange et gris etc….

Mon fruit préféré c’est l’orange
Ma couleur préférée c’est orange
Ente les deux couleurs je trouve mon plaisir

Les différents sont par exemple la lune et le soleil
La lune tombe le soir et le soleil revient le jour
Et la vie ça tourne

La différence entre le temps
Quand il pleut quand il fait beau
Quand il fait chaud et quand il fait froid
Quand le soleil est plus rond que la lune
La différence entre les roses et les fleurs

J’aime le ciel parce que la couleur bleue
J’aime la mer parce que la couleur bleue
Et j’aime les myrtilles parce que la couleur bleue
à la fin j’aime la couleur bleue

Les fleurs,
Il est vrai qu’elles ne sont pas pareilles, mais elles sont toutes aussi jolies comme les roses.
Elles peuvent être rouges comme les coccinelles ou même les fraises ou bien jaunes comme le soleil ou le citron et encore beaucoup d’autres
Mais il y a aussi les tournesols qu’elles sont orange comme la clémentine ou même la mandarine

Il y a aussi, un léger petit trou marron comme le chocolat ou même et bien sûr je vous laisse imaginer le reste ………je ne comprends pas bien ces 2 phrases ?

Dans l’année 2021, je n’ai pas aimé être séparé de mes copines
Heureusement l’année est passée

Pour l’année 2022, j’aimerai avoir une plus grande maison et ma chambre pour moi toute seule et des animaux de compagnie.
Je veux dire plus d’animaux de compagnie.

*

29 janvier
voici les textes de la maison Ranguin, 2e salve, et « corrections » en direct sur place
Différence
Nous n’avons pas les mêmes styles
les mêmes styles pour aller à l’école
les mêmes styles pour aller au restaurant
Les mêmes styles pour aller au lit
les mêmes styles pour aller au cinéma
Les mêmes styles de couleur
Le monde est dans notre cœur
Le monde est dans nos yeux
Le monde est dans nos bras
Le monde on le vit
Le monde on le sent
Nos vies sont différentes
Nos vies sont adorables
Nos vies sont tristes
nos vies sont joyeuses
nos vies sont noir et blanc
Il y a de l’amour dans nos yeux
D’un sourire d’amour
Pour s’aimer dans le monde
Comme une famille retrouvée,
complice d’un grand amour
INES et Noah.

La différence
Trouvé l’inspiration vivante
Je suis vivante et j’aime tout ce qui est différent de moi
les autres sont différents de moi mes parents, mes amis, mes cousins, le monde
Nous avons tous une différence mais ce n’est pas dérangeant
On peut tous être amis et vivre ensemble
Je suis marron clair et beige
Mais nous avons tous du sang dans les veines
Julianna

La différence
Ce jour-là
Ce jour-là il y’avait de l’amour autour de nous
La terre, l’univers, a croisé des personnes différentes
de l’amour très fort sur la terre et l’univers
Nous devrons être gentil souriant aimable avec nos amis
Lissandro

La Différence

Comme une personne remarquable
Née répertoriée dans la mairie
Je vais au centre de loisirs pour faire connaissance avec de nouveaux amis
différents de moi
Chaque ami
Chaque personne
Chaque famille
Chaque couleur
Sont tous différents
Pas question de mutiler encore moins de ne pas s’aimer
Total amour au  6 continents Amérique, l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Océanie et l’Antarctique.

Marlown vergne

La différence
Quand on est humain on n’est pas Lion
Quand on est humain on a tous une origine
Quand on est humain on doit respecter les autres
Quand on est humain on brûle d’amour pour son prochain
On passe l’hiver en Europe
On passe toute l’année en Afrique Noire sous le soleil
Nous avons une différence de climat là où nous vivons
Mais nous sommes sur la même planète
Quand on est humain on reste humain

Dalil

28 janvier
maison Ranguin
rencontre lecture et discussion avec un deuxième groupe d’enfants. Livre choisi :
27 janvier
maison Giaume
rencontre lecture et discussion avec un deuxième groupe d’enfants. Livre choisi :
26 janvier
maison Ranguin, rencontre avec le groupe des petits poètes et leur animateur Ibrahim, lectures
et

à la maison Giaume même rencontre mais avec le groupe de l’animatrice Enrika
et
25 janvier
à la maison du Riou, rencontre avec le groupe des petits poètes et leur animatrice Khalissa.
lecture au vidéo projecteur de deux livres choisis par les enfants parmi ceux exposés.


*

25 novembre 21
formation des animateurs
- la différence, l’autre : dans les maisons d’enfance quels en sont les enjeux. à quoi êtes-vous confrontés? quels mots/pistes/domaines/cuisine/voyage/handicap/…
- recherche dans les boites de livres de poèmes des poèmes en écho sur le thème.
- découverte de l’anthologie différence et des possibilités d’atelier qu’offrent les poèmes choisis.

Cannes jeunesse
printemps des poètes 2022
l’autre, la différence.
www.patrick-joquel.com
*
anthologie poétique sur le thème réalisée par P.Joquel
*
Indifférence et neutralité ne sont plus possibles. Ayons le courage d’ôter nos différents masques, de Noir, de Blanc, d’homme, de femme, de juif, de musulman, de chrétien, de bouddhiste, d’athée, de sans-papiers, de pauvre, de riche, de vieux, de jeune, d’homosexuel, d’hétérosexuel… pour défendre la seule identité qui compte : l’humaine. le « Je »c’est « Nous ». Lilian Thuram. La pensée blanche, éditions Philippe Rey.*

« le bonheur des gens d’ici,
c’est de pouvoir sortir le dimanche pour un tour sur le lac,
le mien, c’est de les observer depuis un promontoire. 
 Jean-Marc Baillieu, Gu Wei Jin Yong (Le passé sert le présent), Le Bleu du ciel, 2004.
atelier d’écriture : et toi ton bonheur c’est quoi ? Comparer ces bonheurs et voir qu’on est tous différents mais heureux.

*
Toi qui as la peau noire
Dis-moi tout simplement
Quelle est la couleur de ton sang
Toi qui portes kippa
Dis-moi tout simplement
Quelle est la couleur de ton sang
Toi qui manges hallal
Dis-moi tout simplement
Quelle est la couleur de ton sang
Toi qui vis en roulotte
Dis-moi tout simplement
Quelle est la couleur de ton sang
Toi qui crois aux esprits
Dis-moi tout simplement
Quelle est la couleur de ton sang
Toi qui parles autre langue
Dis-moi tout simplement
Quelle est la couleur de ton sang
Vous qui m’avez répondu
Avez-vous besoin
De chercher plus loin
Ce qui nous réunit ?
Comment tu vas le monde ?
Poèmes de Claude Burneau
illustrés par Lisa Launay
Gros Textes
panneau photo de gens autour du poème.

*
La lumière décline, l’énergie entame son lent retour vers les racines…
Et je songe aux miennes qui sont européennes, Espagne, Angleterre, catholiques, protestantes. Mes racines… Des conquistadors, des envahisseurs, des colons, des esclavagistes, des exploiteurs, des pilleurs, des violeurs, des assassins…
Mer racines sont gorgées de sang avec lequel s’est bâti un empire.
Des fleuves de sang versé qui ont infiltré mes cellules, et je suis née comme ça, hantée par les cris, les pleurs, la rage et le désespoir de tous ces peuples, hommes, femmes et enfants humiliés, décimés, réduits à néant. Je porte ce poids, ce sang lourd d’injustices non réparées et je tente d’y puiser un peu de cette dignité dont nous avons perdu le souvenir.
Mes racines sont gorgées de sang avec lequel s’est bâti un empire pour néo-humains sous plastique, élevés en batteries sophistiquées et non dénués de confort, il faut le dire.
Je ne porte pas de culpabilité. Je ne veux pas payer pour des crimes que je n’ai pas commis de mes mains, mais j’aurais terriblement honte si je cautionnais par mon silence et mon indifférence ce qui perpétue ces horreurs encore et encore, quels que soient les noms sous lesquels on les dissimule.
Cathy Garcia.nouveaux délits 19
retracer l’arbre généalogique de chacun sur 3 ou 4 générations. Symboliser le trajet familial (s’il y en a un) sur une carte du monde.

*
…Pour qu’enfin tu cesses de croire
que la couleur de la peau fait
la beauté et que tu ailles
chercher l’humain et ses gloires
à mille mètres sous le cœur
Cette petite lampe sous la mer…

René DEPESTRE
Une petite lampe sous la mer
Gallimard
qu’est-ce qui fait que nous sommes humains ?

*
J’ai eu un chat
C’est mon cadeau d’anniversaire
il est noir avec un ruban rouge

je lui montre ma maison mais je suis déjà chez lui
je veux l’attraper mais il s’est caché
je veux le coucher mais il veut jouer
je lui donne un jouet mais il veut le manger
je lui donne à manger mais il veut miauler
je lui montre la litière mais il fait par terre
je l’installe sur le fauteuil mais il déchire le tissu
je le regarde d’un sale œil mais i se colle à mon pied
je lui montre son panier mais il veut la corbeille à papiers
je lui dis « aux pieds » mais il ne sait pas aboyer
je veux donner un nom à ce seigneur
mais la liberté en a plusieurs

Sophie Braganti
La première fois
mango
atelier d’écriture : j’ai un chien, un dauphin, un lézard… un animal qui crée la surprise et essayer d’écrire comme Sophie quelques lignes sur sa liberté

*
Certains,
Cela se voit
Sont sur leur petit nuage

Toute la journée

Ils nous saluent
Ils ne sont pas méchants
Bien au contraire

Quand on est bien installé
Juste comme il faut
Sur son petit nuage

C’est un vrai petit bonheur
Jean Foucault
Nés en l’air
Corps puce éditions
On n’est pas tous pareils. Imaginer de courts textes qui donnent le portrait d’un autre (imaginaire et pourquoi pas surprenant : un funambule, un pécheur d’étoiles, un testeur de banc public…

*
La rivière

Voilà. C’est fait : je suis devenu une rivière.
Ce sera une grande aventure jusqu’à la mer
quel nom me donnera-t-on sur les cartes ?
d’où vient ce cours d’eau inconnu ?
quel ciel reflète-t-il dans ses flots ?
quelle joie, quelle faim, quelle douleur ?

Pardonnez-moi messieurs les géographes
je n’ai pas fait exprès
j’aimerais voir couler l’eau
sur toutes les soifs
il y a tant d’assoiffés dans le monde
pour eux me voici changé en rivière.

Je n’aimais pas voir couler les larmes
étant rivière je pourrai qui sait ?
couler à leur place.
Je n’aimais pas voir verser le sang
étant rivière je pourrai
être versé à sa place.
Mon destin est peut-être d’emporter
à la mer toutes les peines !
René Depestre
et si j’étais forêt ? Arbre ? Rocher ? Neige ? Etc

*

Une branche

Une branche sur un bout de ciel,
Effaçant le même nuage,
La même vague revenue
Depuis le fond des âges
Frapper le sable du rivage,

Écoute, regarde, tais-toi,
Le monde a des millions d’années,
Pourtant il vient de commencer,
Rien que pour toi.

Pierre GABRIEL

*
Je mènerai mon enfant
Partout où je n’ai pas été.
Avec lui sur du marbre blanc,
Dans des palais d’Orient
Je rirai aux gens de couleur.
Et aussi sous le soleil clair
Qui éclaire toute la terre
Pour ceux qui n’ont jamais pu faire
Tout ce que j’ai fait,

Pour ceux qui n’ont pas vu
Tout ce que j’ai vu.

Paul Eluard
Le devoir
Pleiade
et toi, où voudrais-tu aller ? Où voudrais-tu conduire tes enfants ?

*
Avec ses quatre dromadaires
Don Pedro d’Alfaroubeira
Courut le monde et l’admira.
Il fit ce que je voudrais faire
Si j’avais quatre dromadaires.

Guillaume APOLLINAIRE
Le Bestiaire
que voudrais-tu faire ?

*
Cette nuit-là

Cette nuit-là n’était en rien
Différente des autres.
La lune, au large , avait croisé
Dans les mêmes eaux calmes.
Un vent très doux vers les trois heures
Avait soupiré en rêvant
Parmi les feuilles chuchotantes.
Tout s’était déroulé sans surprise
En cette nuit si semblable aux autres
Que rien n’avait laissé prévoir
Ce miracle, au bout du jardin,
Du vieux pommier soudain fleuri,
Étincelant comme un arbre de givre
Au soleil du petit matin.

Pierre GABRIEL
Chaque aube tient parole
cheyne

le monsieur aux trois chapeaux

J’ai connu un monsieur
habitant La Villette
qui avait trois chapeaux
et une seule tête.

Il se promenait chaque jour
sur le boulevard Saint-Germain
avec un chapeau sur la tête,
les deux autres, un dans chaque main.

Un jour qu’il pleuvait à verse
il rencontra un vagabond
qui sur la tête ne portait
ni chapeau ni capuchon.

• Hélas ! s’exclama le monsieur,
le monde est fait tout de travers :
dire que moi j’ai trois chapeaux,
et que lui a la tête à l’air !…

Et poursuivant son chemin
tandis que soufflait le vent
le monsieur aux trois chapeaux
était très, très mécontent.

Gianni Rodari
La tête du clou
Lo Païs d’enfance
*
Vivants
tout simplement
moi et le coquelicot !
Issa
Écriture de haïku sur des photos illustrant le thème

*
Voici ce qu’ils disent :
l’anémone est plus intelligente que la rose
le sable est plus beau que le chat
et la pierre a toujours été supérieure au potiron

Ils reprochent au noir
d’être plus noir que le blanc
comme on reprocherait au feu
d’être plus chaud
que la neige et au miel
d’être plus sucré que la vague

Et s’ils ont peur de leur ombre
c’est qu’ils se doutent un peu
que haïr l’étranger
c’est avoir peur de soi

Jean-Pierre Siméon
Sans frontières fixes
Cheyne

*

itinéraire

mettre un rocher dans un poème
parce que
ça tient debout
c’est dur
ça t’oblige à faire
un détour dans le poème

Claude Held
Détours par les montagnes
Editions Gros textes
À ton tour de mettre quelque chose de différent dans le poème et de voir ce que ça t’oblige à faire.

*
Quand on est chat on n’est pas vache
On ne regarde pas passer les trains
En mâchant des pâquerettes avec entrain
on reste derrière ses moustaches
(quand on est chat, on est chat)

Quand on est chat on n’est pas chien
on ne lèche pas les vilains moches
parce qu’ils ont du sucre plein les poches
on ne brûle pas d’amour pour son prochain
(quand on est chat, on n’est pas chien)

On passe l’hiver sur le radiateur
à se chauffer doucement la fourrure

Au printemps on monte sur les toits
Pour faire taire les sales oiseaux

On est celui qui s’en va tout seul
Et pour qui tous les chemins se valent
(quand on est chat, on est chat)
Jacques Roubaud
le bestiaire

continue le poème avec d’autres animaux

*

Tu contemples
Le vent qui lève
Une île sans rivière
Une barque de feuilles.
Tu fais des pas
A franchir les planètes.
Tu poses
Près de tes lèvres
L’étoile du matin.
Tu te choisis des mains
De lune ou de soleil.

Jacqueline Held
Petit éloge de la lumière
Gros Textes
à ton tour écris un portrait à la façon de Jacqueline.

*
C’est pas pareil depuis que Mehdi est là. Et quand il n’est pas là, c’est pas pareil non plus. Pourvu qu’il reste pareil, pour que ce soit toujours pas pareil.
David Dumortier
Mehdi met du rouge à lèvres
Cheyne éditeur

*
Nous n’avons pas les mêmes mots
Pour dire l’ombre et le soleil,
Pour saluer chaque matin
L’amour et ses chemins
Et la joie de saisir
Le monde entre nos mains.
Nos vies ne se ressemblent pas,
Touts nos rêves sont différents,
Pourtant il a suffi d’un rien,
D’une lueur au fond des yeux,
D’un sourire soudain surpris,
Pour nous sentir par-delà nos silences
Comme deux frères retrouvés
Complices d’un même bonheur.
Pierre Gabriel
Le cheval de craie
le dé bleu

*
PUZZLE

Chaque homme
chaque femme
chaque enfant
devrait être considéré
comme un spécimen
un spécimen unique
de l’espèce
une petite parcelle
indivisible
de la planète
une pièce
du grand puzzle
indispensable

Chaque homme
chaque femme
chaque enfant
devrait être considéré
comme un arbre
un arbre remarquable
classé répertorié
inscrit au patrimoine
intouchable

Chaque homme
chaque femme
chaque enfant
pas question
de le blesser
de le mutiler
encore moins
de l’abattre

Total
respect

Jean-Claude. Touzeil.

ET LES POEMES DES ENFANTS /

19 janvier 2022
maison Ranguin
Bonjour à toute l’équipe

merci de me donner à lire vos trois poèmes, ils sont super ! Je vous invite à continuer à lire et à écrire en attendant de nous rencontrer.
À bientôt

Patrick


La différence

Tiens vous avez une voix grave ? Alors que moi j’ai une voix aiguë, nous avons tous une voix.
Nous n’avons pas le même prénom mais nous sommes tous des personnes.
Toi qui es née en Asie, en Afrique, en Europe, et en Amérique nous sommes tous des humains.
Je suis une fille et toi un garçon mais nous avons tous les mêmes droits.
Toi qui a des cheveux bouclés et moi qui ait des cheveux lisses nous avons tous des cheveux.
Toi qui porte des lunettes et moi qui n’en porte pas nous avons tous des yeux.
Margot, Dinar, Mokhtar
super ! Et on pourrait le continuer à l’infini avec le physique, avec les émotions (on a tous les mêmes ou presque), les sensations, bref la vie !

La différence

Nous sommes tous différents et nous sommes des êtres vivants
Nous avons des préférences
Tu vis à Marseille et moi à Bruxelles,
Et nous avons une vie
Merci à tous de ne pas être méchant avec les autres
il est important de faire du bien à son prochain.
Lyam ,feriel
c’est ça, porter sur l’autre un regard bienveillant, lui donner le regard qu’on aimerait recevoir de l’autre.
Et j’aime bien l’idée de préférence plutôt que de différence même si ça ne marche pas à tous les coups.

Toi qui regarde la télé
toi qui regarde le paysage
dit moi quel est la couleur de ton sang ?
toi qui porte la djellaba
toi qui porte la kippa
dit moi quel est la couleur de ton sang
toi qui mange kascher
toi qui mange hallal
dit moi que est la couleur de ton sang
toi qui aime danser
toi qui aime lire
dit moi la couleur de ton sang
Vous qui me lisez quel est la couleur de votre sang ?
Aimons-nous les uns et les autres.
Rachelle ,Nathan Carla


un poème rythmé par le refrain, refrain qui existe dans le poème de Claude Burneau que vous avez sans doute lu et poursuivi ainsi, c’est une bonne suite ! Il aurait été fier de vous !

*

MAISON GIAUME
Bonjour,
je suis heureux de vous lire et vous donne un conseil pour votre 3e poème, pour l’améliorer. Vous me direz quand je passerai vous voir si vous l’avez réalisé ou pas. À Bientôt
Patrick

L’arc en ciel
T’es apparu après la pluie
Comme un sourire après les larmes
Prince des sept couleurs
Chevalier du ciel bleu
Allongé sur l’herbe humide
Je rêve de voler vers toi et parcourir ton chemin, mon arc en ciel,
Les bras ouverts, le vent qui picote mon visage
Je triomphe avec toi
Comme la paix après la guerre

beau poème, aller vers l’autre c’est aller rencontrer la différence. C’est la force de l’amitié,une des forces de l’amitié.

T’as papa et maman,
J’ai juste maman,
T’as une grande maison
J’ai un appartement
T’as des frères et sœurs
Je suis fils unique
Mais qu’avons-nous ?
Nous avons le bonheur et l’amour d’une famille
La joie et les câlins
La chaleur et les caresses

chercher ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare, une ligne de conduite pour vivre ensemble et heureux.

Assis sur le bord de mon lit
Je regarde ma chambre remplie de belle chose
Le rayon de soleil travers la vitre
Des reflets colorés dansent sur le sol
Je pense à toi
Coupable d’avoir été mis au monde dans la misère
D’avoir dû grandir trop vite
Pour survivre à la méchanceté des grands

Coupable d’avoir été mis au monde dans la misère
D’avoir dû grandir trop vite
je chercherai un autre mot que coupable, est-on coupable de notre naissance ? Je chercherai à dire ces deux vers autrement, en pensant au hasard, à la vie reçue, donnée, parfois subie…
à vous de jouer

MAISON RIOU
LES VAGUES

Dès Que je m’approche de vous, je vous entends
Je me sens obligé de m’arrêter
Comme si vous me le demandiez

Je n’arrive pas à détourner le regard de vous
Et comme ça tout le temps
Comme si vous m’hypnotisiez

Vous êtes de toutes taille, grande, petite, moyenne
Et j’irais même jusqu’à dire immense
Quand je suis proche je me sens toute petite
Comme si vous me rétrécissiez

Joli ce poème, et ce face à face entre soi et l’immensité, la faiblesse et la force. La poésie joue souvent sur ce thème de l’opposition.

__________________________________________________________

LA DIFFÉRENCE

Peut importe notre couleur de peau, celle de mes cheveux
encore celle de mes yeux
Personne n’a le droit de nous juger

Qu’on ait des boutons qu’ils soient petits ou gros ou même maigre
Personne n’a le droit de nous insulter

Qu’on soit gai, handicapé ou même qu’on ait les cheveux longs
En étant un garçon ou les cheveux courts en étant une fille
nous sommes tous pareils

est-ce que ce sont les boutons qui sont petits ou gros ou maigres ? Dans ce cas là j’enlèverai maigre
Ou bien est-ce qu’on irait à la ligne : qu’on ait des boutons ou pas
qu’on soit petit, gros ou maigre…
à toi de choisir ce qui convient le mieux à ta pensée
____________________________________________

J’espère être cuisinier dans un restaurant chinois
Pour faire des bons plats
Et manger tout le temps là-bas

On pourrait poursuivre ce poème en collectif : si chacun évoque le métier rêvé cela donnerait un long poème qui pourrait se finir par un « on est tous différents, tous utiles »

j’espère être
pour
et

____________________________________________

MES RÊVES

Mes rêves c’est d’être un médecin à l’hôpital du Brésil pour sauver ma famille

J’ai changé mon rêve, je voulais être un journaliste pour faire des émissions d’enfants
Avec un clown rigolo

Un jour J’ai changé mon rêve pour être président
Pour régler les lois d’aujourd’hui

J’espère que je garderai mon rêve d’être président et que la vie sera bien

j’espère que tu seras un super président !
_____________________________________________

Qu’on réussisse notre vie ou non, nous faisons de notre mieux

Nous pouvons réussir, car tout est possible

Même si tu es pauvre ou riche tu respectes tout le monde.

Un poème comme un conseil, un encouragement, c’est chouette !

Bravo à toute l’équipe ! Continuez à écrire et à lire des poèmes, à les partager. Ce sera un de mes souhaits pour vous et pour cette année encore compliquée au quotidien. Je passerai, j’espère, bientôt vous rencontrer.
Patrick

MAISON PICAUD
PICAUD 1

La différence est une richesse

La différence est une richesse
Il y a des gens grands
Des gens petit bizarres
Selon l’adjectif
Et puis des gens blancs ou des gens noirs
Et des gens gros ou des gens fins
Fins comme une brindille
Il y a des gens qui aiment Noël
D’autres qui préfèrent Halloween
Voilà la richesse de la différence

Angel Aracil
Un poème que l’on pourrait continuer à l’infini tant la différence est riche !

La différence c’est la vie
Je suis fanée tu es fleuri
Mais nous sommes
Tous les deux vivants.
Toi qui a la peau noire et moi qui ai la peau blanche
Ce n’est pas un problème
nous avons tout les deux
Une maison.
Tu as de l’eau
j’ai du coca
mais nous avons tout les deux
Une boisson.
Tu es un garçon
je suis une fille
mais nous avons tout les deux un point commun
nous avons un corps.
Je suis moche
tu es beau
mais nous vivons tout les deux sur terre.
Jess Gaucherelle. Je crois qu’on oublie trop souvent cette évidence : nous sommes tous des petits terriens. Tu as raison de le rappeler Jess.

L’être humain

Qu’on soit blanc ou noir
Que l’on n’ait pas la même religion
Il y a quelque chose
Que tous les Hommes ont en commun
Ils sont humains !

Marlone Tribel
on oublie trop souvent l’essentiel : notre humanité commune. On regarde trop les différences au lieu de regarder ce qui nous rassemble. Tu as raison de le rappeler Marlone.

Je t’aime comme tu es

Je suis européen tu es asiatique mais on vient d’un pays quand même, tu me dis bonjour je te dis au revoir car nous sommes dans la rue, mon chien et ton chat se battent mais ils s’aiment quand même, je n’aime pas le coca donc je bois de l’eau mais bois du coca si tu aimes ça ! même si tu es un extraterrestre je t’aime car tu marches tu parles… je t’aime pour ce que tu es car un être vivant reste un être vivant.

Caillaut Nolan.
Peut-être penser à mettre de la ponctuation Nolan dans ce très beau texte, en mettre ou aller à la ligne quand c’est nécessaire.
Là ce qui pose problème c’est que la ponctuation y est et puis elle disparaît, elle revient. Soit tu mets des points comme par exemple
Je suis européen, tu es asiatique mais on vient d’un pays quand même. Tu me dis bonjour, je te dis au revoir car nous sommes dans la rue. Mon chien et ton chat se battent mais ils s’aiment quand même. Etc
ou bien
Je suis européen
tu es asiatique
mais on vient d’un pays quand même
tu me dis bonjour
je te dis au revoir
car nous sommes dans la rue
mon chien et ton chat se battent
mais ils s’aiment quand même
etc

dans tous les cas j’aime beaucoup ce texte Nolan
*

La différence fait de la personnalité

Je suis moche tu es beau mais nous sommes des humains, je suis pauvre tu es riche mais nous vivons dans le même monde, je dis merci quand tu m’aides tu dis non merci quand je te rends service, noirs et blancs vivent dans le même monde et ont le même sang.
Même remarque que pour le poème précédent, ce sont deux textes réussis !

Caillaut Nolan.

La différence fait la personnalité
La différence est incroyable
Même si on n’est pas de la même peau on est quand même humains
Jaune, blanc, noir, marron ou beige
On n’est pas obligé de se battre c’est mieux si on s’amuse bien
ET VOILA QUE NOTRE RICHESSE VIENT DE NOS DIFFERENCES

NAEL DE SANTIS

Tu as entièrement raison, vivre ensemble et unis vaut mille fois mieux que se battre.

*********
Printemps des poètes 2 021
désir de liberté
21 janvier : formation des animateurs.
11 mars : formation animateurs. module haïku et réfléxion sur les enjeux du poème.


*
Riou 1 mars

Bonjour
vos poèmes sont forts ! Engagés ! J’aime beaucoup ! Et je suis bien d’accord avec vous. Nous vivons une époque où trop souvent on range les gens dans des catégories. C’est une grave erreur : nous sommes tous égaux en humanité. Si on veut avancer, c’est tous ensemble et pas en morceaux ! Gardez cet engagement précieusement tout au long de vos jours et le monde sera un peu meilleur.
Patrick

Le corps noir
Injustice & misère
Injustice & misère
Je répète ces mots dans ma tète
Et mon cœur bat au rythme de la rage que je prouve face à l’injustice.
Suprématie blanche, de où ca sort ? Nous ne sommes pas tous égales ?
Martin
j’aime beaucoup ce petit texte et ses répétitions rageuses ! Égales ou égaux pour le final ?? à préciser peut-être.

Est-on libre ? La liberté n’est pas partout, il faut qu’elle se manifeste plus ! Met ton opinion en valeur ! Ne regarde pas la couleur, mais le caractère.
Laisse tomber les gens austère, bat toi !
Valery
essentiel oui de regarder l’autre pour ce qu’il est. On en a assez de ranger les individus en catégories.

Tu comptes, tu es important,
Tu es libre,
Continues à te battre pour anéantir la cage des préjugés
Ne te laisse pas oppresser, car la liberté doit prendre le dessus sur la tristesse

Valery chacun compte, il faut le dire à chacun et le répéter sans se lasser.

Changement tu m’importes dans le voyage appelé vie,
Changement, tu ne me fais pas peur, avec toi je peux goûter la liberté
Naima
c’est ça, changer, sortir des sentiers battus et parcourir en free ride le monde. Inventer ! Oser !

Enfermé chez moi
Je rêve une plage
Je rêve le soleil qui caresse ma peau je rêve le soleil caresse ma peau/ je rêve au soleil qui caresse ma peau/ choisis
Je rêve de foncer mes pieds dans le sable et de rien penser
Feriel
j’aime bien le dernier vers, ça me fait penser à l’été le matin sur la plage

Je me sens emprisonnée par ce monde qui dégouline une ignorance dégoûtante
Alycia
lutter contre l’ignorance, ça commence par l’école et ça continue par la lecture, la curiosité de découvrir par soi-même.

Une femme libre
Je suis libre de faire ce que je veux
Je suis libre de penser
Je suis libre de m’habiller comme je veux
Je suis libre d’aimer ce tu peux supprimer ce qui je veux
Je suis libre d’être comme je suis
Naima

vis ta vie comme tu le sens !

*
printemps des poètes, Giaume 1 / 12 février
Printemps des poètes 2021 :
Bonjour,
merci de me partager vos poèmes. Ils sont courts mais ils sont bien réussis. Le court n’est pas aussi facile que ça en a l’air, le poème n’est jamais aussi simple qu’on le croit. Le poème court c’est un peu comme une photo avec des mots. Ça donne à voir, à ressentir. Continuez à en écrire, et à en lire. J’ai hâte de vous voir en mars. À bientôt
Patrick

Salut Kévin,
de belles réussites dans le court. C’est chouette. Bravo ! Nous aurons du plaisir à en parler bientôt et approfondir tout ça. Bonne continuation .
P.
La liberté dans le cœur
Quand j’aurai bien grandi
Avant de voir les nuages, un arc en ciel et le soleil.
Je n’oublierai pas,
Le bonheur de voir la mer,
Dans la nature apercevoir des animaux
Et toujours
Que je t’aime. Ça on peut le transformer comme ceci, cela nous donne une petite liste dont chaque vers s’appuie sur de ou d’, à vous de voir ce que vous préférez
d’apercevoir des animaux
et de t’aimer toujours
Quentin, Mathis, Yassine, Selma, Raphaël, Jay, Lola, Max, Camille.

J’aimerais voir un arc en ciel
Pour toute l’année,
Mais il est parti
C’est vraiment dommage.
Selma ok, et oui le monde est fugace, mouvant.

Je pense à mon papy
Qui va à la plage,
Et moi, qui joue avec lui
Raphaël super, j’y suis aussi sur la plage et je vous vois.

J’aimerais être dans la forêt
Pour pouvoir faire des ricochets
Et courir pour descendre la colline.
Yassine bien, courir en descente !!!

Je pense à mon papa dans mon/le jardin,
Qui souffle sur les bobos des fleurs.
C’est la beauté de la liberté !
Camille bien

J’aimerais être à la plage.
Elle serait déserte,
Et j’en serais ravi !
Mathis désir de solitude, une autre liberté

J’aimerais être devant la statue,
Pour voir la couleur de la liberté.
Quentin
super ! Superbe clin d’œil à l’Amérique

*
printemps des poètes 2021, Picaud 3. 10 février.
Picaud 3
A l’annonce 
De la St Valentin 
Fête de l’amour 
J’offre des fleurs 
Toi du chocolat
La radio se brouille 
Pour te sentir libre 

j’aime bien ce désir te sentir libre !

*
La fumée de ma rose 
S’enfume comme un nuage 
Il pleut des pétales 
Permission de les ramasser 

j’aime bien le s’enfume et le dernier vers, super.

*

Montagne d’Hiver 
Neige à plein nez
Montagne du Printemps 
Fleur et bourgeon 
Montagne d’Été 
Soleil brille 
Montagne d’Automne 
Feuille qui tombe 

un poème comptine bien réussi, j’aime beaucoup !
*

Coccinelle qui vole 
Abeille qui butine 
C’est la vie 
La nature 
C’est son droit 

le droit de vivre pour chaque vie, du petit insecte à la baleine bleue en passant par l’homme ; respect ; peu de mots et tout est dit.

*

Dis moi quel est ta liberté préféré
C’est l Été 
Au revoir la pluie 
Bonjour le soleil 
Loin du frais 
Perce mon cœur 
Nager c’est la liberté 

l’été, la liberté. On pourrait se demander quels mots pour les autres saisons… nager c’est la liberté, des mots qui me vont bien : je nage presque chaque jour.
*

océan 
Maison d’évasion 
Éviter de polluer 
Je veux me baigner 
Penser aux animaux !

bien, ça me fait penser au poète Baudelaire « homme libre, toujours tu chériras la mer »
*

Donnez-moi 
Du jaune safran 
Du bleu magique 
Pour vous l’écrire 
Écoutez le chant léger 
Le murmure frais 
De ces oiseaux 

on pourrait chercher des mots pour les autres couleurs aussi et augmenter ainsi le poème pour continuer d’écouter les oiseaux.
*

Désir d’être libre 
D’un mot 
D’un silence 
Des mots encore 

les mots rendent libres, c’est vrai ; ils ont ce pouvoir là.
*

Un enfant de Cannes jeunesse 
c’est une vieille histoire 
Une vague chasse l’autre 
Sauter sur le rouleau 
Sortent comme une goutte d’eau 

remplacer peut être sortent par sortir et éventuellement continuer avec des mots comme écume, éclabousser, ruisseler…
*

Dans le bleu clair de Cannes 
S’amuse comme un fou 
Du lever au coucher de soleil 
Saute dans la flaque 
Je me couche 
Recommence 
J’en rajoute une couche  

ajouter Je devant s’amuse et saute je pense et là le poème tient bien sa route.
*

Hisser haut 
Le drapeau 
Tous ensemble 
Sous les mêmes couleurs 
Nous chanterons 
Jusqu’à San Francisco 
 bien. La force de ces deux mots San Francisco, c’est fort !

*

Même derrière les barreaux 
Je peux m’évader 
Même à travers les murs 
Je peux m’envoler 
Même à travers le monde 
Je peux souffler des bulles 

j’aime bien, c’est chouette. On pourrait continuer cette liste des je peux pour encore plus de liberté
*

Celui qui pêche  
Avec son filet d’or 
Il siffle sur son bateau 
Navigue au large 
Il attrape une sirène 
À la queue multicolore 

pour alléger un peu on peut mette
le pêcheur
avec son filet d’or
siffle… et laisser la suite pareille
*

Je me couche 
En fermant les yeux 
Je rêve de la mer 
Libre sur les vagues 
ça me berce 

bien, tu donnes bien la sensation de flotter comme un rêve.
*

L’année bascule vers une autre 
Dans l’envie des saisons 
La terre prépare un silence 
Un feu nouveau 
Pour la lumière 

bien !
*

Quand le soleil se couche 
Je pense 
Quand le soleil se lève 
Je pense 
À l’aube 
Je pense 
À l’aurore 
Je pense 
Ma liberté de penser 

super ! Là aussi on peut continuer si on veut à jouer avec ces je pense et penser en toutes circonstances !
*

Fais de beaux rêves 
Tu cueilleras un grappe d’amour 
J’ai dans le cœur 
Une envie d’aimer 
De vivre heureux 
Et de la passion !

Garde la précieusement cette envie d’aimer !
*

printemps des poètes 2021 picaud 1
Printemps des poètes 2021

Libre d’aimer
Premier jour, je te regarde
Deuxième jour, je t’écris une lettre
Troisième jour, je te donne la main
Quatrième jour, c’est le coup de foudre entre nous
La suite je la connais
Libre de t’aimer

super et bien réussi dans sa simplicité. Bravo !
*

Culture Olympique
Oh le sport
Oh ma matière préférée
Éducatif de jour comme de nuit
De l’endurance comme à la danse
J’aime bouger comme mon pépé
C’est ça la liberté

possibilité d’ôter les oh comme de les garder, à toi de voir. J’aime bien les rimes intérieures qui donnent de l’appui au vers. Un poème qui donne de l’énergie.
*
Projet en commun avec la maison de retraite

Pour faire un monde futur
Toi seul me fait rêver
Faire un saut en parachute
C’est la liberté que j’aime à la folie,
Mon grain de fantaisie
Il me faut de l’imagination
Pour trouver ma liberté
Délivrer cette folie qui m’emprisonne
Sinon ce n’est pas une folie

ce poème là semble un peu décousu, les idées viennent et ne se suivent pas. C’est sans doute l’expression du grain de folie bien présent dans le poème.

Pour faire un monde futur, il faut:
Faire un saut en parachute,
De l’imagination,
Sinon ce n’est pas une folie
Ma liberté
Je t’aime à la folie
Toi seul me fait rêver
Trouver la vérité pour me délivrer
De toute cette folie qui m’emprisonne

celui ci fonctionne mieux, il est plus clair !

LIBERTE
La liberté de la vie, c’est vivre
I love you intelligence
Bercer la folie pour l’emmener au paradis
Emotion de penser , c’est aider
Rêver, rigoler, continuez de jouer!
Talent d’apprendre l’ignorance et la tolérance
Ecrire l’évasion de notre avenir

j’aime bien le jeu bilingue ici. Et l’évasion de notre avenir une belle trouvaille. Ça donne des ailes.

Libre d’être
Libre d’être une femme marié
Libre d’aider les gens
Libre sans le covid
Libre de réussir ma vie
Libre d’être vétérinaire
Libre d’être le plus grand bêtisier du monde
Libre d’avoir un beau métier
Libre d’être millionaire à LosAngeles
Libre d’être avec ma soeur
Libre de conduire une voiture volante
Et enfin libre de faire ce que je veux
Évasion
J’espère avoir un beau mari
La vérité c’est que je suis amoureuse
Pour le moment ….
A l’école je fais qu’apprendre
Surtout trois mots
Liberté Egalité Fraternité
Il faut s’entraider
Il faut délivrer les gens du Covid
Espérer vous délivrer
Se délivrer de la vérité
Liberté de m’évader

cette liste de liberté est extra. Elle fonctionne bien et ouvre mille possibilités car chacun peut la poursuivre. La liberté est infinie.

Évasion

J’espère avoir un beau mari 
La vérité c’est que je suis amoureuse 
Pour le moment ….
A l’école je fais qu’apprendre 
Surtout trois mots 
Liberté Égalité Fraternité 
Il faut s’entraider 
Il faut délivrer les gens du Covid 
Espérer vous délivrer 
Se délivrer de la vérité 
Liberté de m’évader 

poème d’espoir et de désir
beaucoup de son é dans ce poème, cela lui donne de la musique et de la force. Jouer avec les sons fait partie de la création d’un texte, pensez-y pour d’autres dans le choix des mots.

*
Printemps des poètes 2021 Ranguin 2/ 23 janvier (Ranguin 1 suit)
Ranguin 2

Poèmes n°7 :

Dans notre ville,
On fait des barbecues au grill,
Parfois on veut sortir,
Éclater de rire,

Balader en moto,
C’est très rigolo,
Rouler en camion,
Jouer avec des ballons,

Voler en avion,
Observer les oisillons,
Naviguer en bateau,
Voir les poissons au fond de l’eau 

Plonger en sous-marin,
Explorer les fonds marins,
Filer en train,
Visiter les différents chemins,

C’est tellement beau,
Un magnifique cadeau.

Magnifique cadeau ce poème avec rimes, ça donne envie de liberté !
Hélicia, 9 ans et demi

Poèmes n°8 :
La liberté des saisons 

Au printemps,
Il fait beau tout le temps,
Les fleurs sont de toutes les couleurs,
Cela illumine notre cœur.

En été,
On joue dehors toute la journée,
On va à la mer,
Nager avec le poisson Elmer.

En automne,
On mange des pommes,
On retourne à l’école,
Sans oublier nos tubes de colles,

En hiver,
On change de caractère,
On s’amuse sous la neige,
A faire des bonhommes de neiges.

À chaque saison son style et ses activités
joli poème sur le temps qui passe, rimes réussies ; j’aime particulièrement celle de la colle.

Poèmes n°9 :

Dans la nature,
Les animaux mangent de la verdure,

On observe de belles vues,
Où nos souffles sont perdus.

Les oiseaux chantent,
Les marmottes sifflent,
Les bouquetins sentent le romarin,

Les animaux courent,
A toute allure,
Ils se sentent
Et crient :
Vivons toujours en liberté !

Observer la liberté des animaux, les gros, les sauvages, mais aussi les petits de tous les jours : les oiseaux des jardins, les insectes, les araignées…

Poèmes n°10 :

Toi notre ami la colombe,
On t’aperçoit dans l’ombre,
Tu es l’emblème de la paix,
Tu représentes parfaitement la liberté.

Dans le livre de la Genèse,
Tu annonces à Noé,
La fin du déluge,
En lui rapportant,
Un rameau d’Olivier,
Preuve que l’eau avait baissée.

Notre ami la colombe,
Envole-toi,
Montre-nous,
Le lien entre la terre et le ciel,
Et n’oublie pas de passer par la mer
Voir les étoiles de mer.

Le lien entre la terre et le ciel, garder en mémoire que sans l’esprit, sans la culture on est moins humain. Un poème qui fait réfléchir, merci.

Poèmes n°11 :

Jouer,
Sauter,
Danser,

S’exprimer,
Crier,
Parler,

Respecter,
Écouter,
Manger,

Sourire,
Rire,
Grandir,

A travers ses mots qui sortent de ma pensée,
Je ressens la liberté !

Ces mots s’appellent des verbes, tu peux mettre dans ton poème
à travers ces verbes qui….
Comme tu veux, tu choisis

Safa, 7ans et demi

Poèmes n°12 :
Les rues pleines,
Les magasins ouverts,
Les gens dehors,
Le matin se lève plus tôt,
Vive la place dans les hôpitaux.

Nous n’aimons pas le confinement,
Nous voulons faire des câlins à nos grands-parents,
Réaliser de nouvelles fêtes,
Ou l’on chante à tue-tête.

Plus de cours en ligne,
Soyons libres,
Soyons solidaire,
Respirons l’air.

A 20 heures tous aux balcons,
Applaudissons,
Sans masque, ni gant.

L’importance de la santé,
Le monde ne doit plus s’arrêter,
Places aux fruits,
Les oiseaux ont fait leurs nids.

Protégez-vous,
Tout va bien se passer chez vous,
Profitez de la vie,
Vive le pouvoir de la vie.
Un poème sur le confinement, ce drôle de moment de vie entre parenthèse et un peu angoissant. Ce n’est facile pour personne. C’est bien que le poème en parle ! C’est important de s’exprimer et de partager.

Poèmes n°13 :
La liberté se chante,
La liberté se danse,
La liberté s’écrit,
Mais ce n’est qu’un état d’esprit.

Pour eux c’est sortir,
Pour d’autres c’est rire,
Pour nous c’est s’unir,
Pour moi c’est les aimer à en mourir.

Il y a des barrières aussi,
Il y a celles que l’on s’impose,
Puis il y a la société.

Depuis Mars,
On est confinés,
Depuis Mars,
Nos libertés sont bafouées,
Depuis Mars,
A Marols on est resté,
Et on n’a jamais autant profité.

Avec les enfants, on a rigolé, chanté, dansé,
On a cuisiné, créé, bricolé
On s’est aimé.

Ce sont nos barrières qui ont été levées,
Et notre vraie liberté,
On l’a retrouvé !
Mohamed Ahssen FOUNI

un poème de confinement et de liberté. Trouver la liberté même confiné, c’est tout l’enjeu d’un savoir vivre. Qu’est-ce que vivre finalement demande ton poème. Peut-être c’est réussir son quotidien chaque jour, dans la joie et la paix.

Ces deux poèmes de confinement sont très forts, bravo à tous et à toutes.

Continuez à écrire, c’est un plaisir de vous lire. Nous nous verrons en mars !
À bientôt
Patrick
*
Printemps des poètes 2021 Ranguin 1 15 janvier
La Liberté
Bonjour,
merci pour vos poèmes. La liberté, on en a bien besoin tous les jours. On s’en aperçoit davantage en ce moment avec les contraintes sanitaires. C’est précieux la liberté, gardez la bien vivante en vous et autour de vous.
À bientôt
Patrick Joquel
Poème n°1 :

Liberté, toi qui nous donne la paix,
Liberté, toi qui nous donne de la volonté,
Liberté, toi qui nous fais faire de bonnes actions, inspire ou autre verbe (méfiez vous du verbe faire)
Liberté, grâce à toi nous avons notre libération ;

Liberté, toi qui nous permet de faire de belles photos, un autre verbe svp
Dans la rivière où coule l’eau, garder le rythme : liberté, toi qui….. à la rivière
ajouter en 3e vers un liberté, toi qui
Liberté, grâce à toi, on rencontre de nouveaux amis,
Autour de notre heureuse de vie. Supprimer, comme ça tu as deux quatrains construits sur le type. C’est un chouette poème !
Nouhaila 9 ans

Poème n°2 :

L’arbre de vie
Protège nos vies,
Autour de la paix
Nous sommes en liberté.

Nous vivons dans la joie,
Autour de nos choix,
Auprès de nos amis et notre famille,
C’est eux, qui illuminent nos vies.
Nouha, 9 ans
ok Rien à dire c’est bien !

Poèmes n°3 :

Dans la forêt, où nous avons de la liberté,
Nous jouons autour de la Statue de la Liberté.

La liberté c’est très beau,
Ça ressemble à l’eau.

La liberté c’est bon pour la santé,
Ça nous permet de rester gay. Gay ou gai ?

Quand je suis libre,
Je vibre.
Djibril, 7 ans
j’aime bien libre et vibre ! super

Poèmes n°4 :

Se promener à pieds,
Naviguer en bateau,
S’envoler en avion,
Chanter à tue-tête

Liberté, en explorant le monde,
C’est que du bonheur,
Comme dans la ville de Gironde,
Liberté tu nous réchauffe le cœur.
Nour, 9 ans
super ! Explorer le monde c’est essentiel

Poèmes n°5 :

La Statue de la Liberté implantée sur une île,
Illumine sa ville.

Elle a été donnée par les Français,
Représentée par une femme drapée.

Située à New York,
Entourée des orques,
La belle dame très grande,
Aperçoit bien son ombre.

Faites de granites, de cuivre et d’acier,
Cette merveille du monde transportée en bateau enjoué,
Déclare l’indépendance de notre délivrance.
Hélicia, 9 ans et demi
très bien, c’est un beau symbole

Poèmes n°6 :

Liberté, toi qui nous permet de choisir nos jouets
Et de profiter des vacances d’été.
Nous enfants, aimons rigoler,
Écouter les oiseaux chanter,
Courir dans la nature
Et faire de la peinture, peindre (et on enlève faire)
Nous aimons crier :
Vive la liberté !
Hinde et Chaineze, 8 ans

super

Cannes jeunesse
Rouvrir le monde (DRAC)
une semaine en résidence dans les centres de vacances de Cannes jeunesse

séance un

Vendredi 17 juillet 2020
Rouvrir le monde, séance un/ groupe H.

Centre Pagnol
Texte collectif : Afrique

La savane est un pays
Avec beaucoup d’animaux
Lion serpent éléphanteau
Tortue girafe lionceau
Tous énormément sauvages

La savane est un pays
Avec beaucoup d’animaux
Hippopotame hyène ibis
Crocodile et phacochère
Tous énormément sauvages

La savane est un pays
Avec beaucoup d’animaux
Rhinocéros babouin lièvre
Guépard léopard jaguar
Tous énormément sauvages

On doit laisser vivre les animaux
*

Séance deux
livre découverte : Palabre autour d’un puits

textes à partir d’images, par groupe de deux, mixtes

Il y a des arbres dans la savane
au coucher du soleil tout est bien tranquille
la girafe boit de l’eau dans la mare
les gazelles sont en train de courir

Kenza et Kais ou bien Kais et Kenza

*
Sauvons les animaux de la pollution
sauvons-les de la captivité des zoos
laissons les vivre dans la nature
aidons les au lieu de les maltraiter

Liou et Enzo (ou Enzo et Lilou)

*

elle a fini de piler
et cela était bien rait
Elle va cuire le repas
et cela sera bien bon

Adam et Taysire ou Taysire et Adam

*
un garçon joue du tam-tam
il est plein de maquillage
il est vraiment très musclé
la fille a l’air d’une guerrière

Rayan et Amel 

*
il y a une carte d’Afrique
à gauche commente la mer
au milieu commence le désert
au fond la montagne et des arbres

laïna et Antoine ou Antoine et Laïna

*

séance troisième
solidarité

j’aide une personne en danger
j’aide la dame à traverser
je dois aider quelqu’un dans le besoin
j’aide les personnes en difficultés

les pompiers sauvent les gens
il faut sauver les animaux en danger d’extinction
je dois sauver une personne qui se noie
les pompiers sauvent les gens du feu

je protège la planète de la pollution
je protège les animaux en voie d’extinction

j’adopte un animal
je garde le bébé de ma copine
j’aime bien aider

**
Centre Bocca Park

Rouvrir le monde
séance un/ bocca parkf
patrick Joquel

Rouvrir le monde
séance un/ bocca parkf
patrick Joquel

séance un
groupe un Mathilde et ?

album de découverte : chercheur d’or

En Inde
Pourquoi les petits enfants volent ?
Parce que les cerfs-volants volent !
Pouruqoi les cerfs-volants volent-ils ?
Parce que le vent les oblige !
Pourquoi le vent les oblige ?
Parce qu’il a un pouvoir magique !
Et les vaches alors ?
On ne les mange pas !
Pourquoi ?
Parce qu’elles sont sacrées

variante à proposer
et les vaches ?
Elles ne volent pas !

Mise en image façon bd possible.

groupe deux Marion

Ouvrage de découverte Bomoth 0’Baldourke

J’habite dans un palais en Inde
je jsuis un maharaja
Parfois une vache vient me voir
je ne la touche pas car elle est sacrée
parfois je mange du massala avec riz aux épices
ne pas déranger sinon je coupe la tête

trouver une variante pour le dernier vers

séance deux

poursuivre la structure avec les mots
vélo-taxi
sari
éléphant
tigre

séance deux

groupe Marion
Ouvrage de découverte Djedré de Cavillon

correction du texte de la veille

J’habite dans un palais en Inde
je jsuis un maharaja
Parfois une vache vient me voir
je ne la touche pas car elle est sacrée
parfois je mange du massala avec riz aux épices
ne pas déranger sinon je perds leur goût

suite

parfois je vois un tigre déguster de la viande
je ne l’embête pas sinon
il va me sauter dessur
me mordre et me griffer

troisième séance
continuer avec le sari et le vélo taxi (l’éléphant?

Groupe Lily
Ouvrage de découverte Djedré de Cavillon

En Inde
à quoi sert un parapluie ?

Un parapluie sert à se protéger de la pluie
mais pas seulement :
on peut se cacher du soleil,
se mettre à l’ombre pour avoir moins chaud !
On peut les installer dans la ville poru pour la décorer !
L’Inde, c’est joli !

Séance trois
groupe Marion

texte final

J’habite dans un palais en Inde
je jsuis un maharaja
Parfois une vache vient me voir
je ne la touche pas car elle est sacrée
parfois je mange du massala avec riz aux épices
ne pas déranger sinon je perds leur goût
parfois je vois un tigre déguster de la viande
je ne l’embête pas sinon
il va me sauter dessus
me mordre et me griffer
parfois je me promène près du Gange
en vélo taxi
je ne roule pas à toute vitesse
car je risque de tomber dans le fleuve
parfois j’ai une mauvaise vue
alors je ne vois pas les éléphants,
c’est désespérant !

Groupe de Kévin

textes à venir
**

jeudi 23 juillet

Centre Jacqueline de Romilly

et au Centre Croisette

*
centre Maurice Alice

oici le choix des phrases par les enfants :

Chez popi :

allez allez c’est parti danse danse danse

Quand tu danses je sens la musique dans mon corps

Amuses toi comme un ange, montres ta joie en chantant

Popi réveille le village dans la joie

Popi n’a pas peur de son apparence de troll elle est heureuse

Mike le chanteur :

Mike louche avec son micro

Il chante mais c’est une petite souris

Il a un micro et il chante

Mike chante moi la musique

Mike ton micro est plus grand que toi, mais on t’aime