PATRICK JOQUEL Sur ce site, mon agenda des manifestations, des animations ainsi que les dernières publications.

calendrier perpétuel


un mot de présentation de Laurent, le photographe

Avec Patrick Joquel, nous venons de terminer un calendrier hebdomadaire perpétuel qui va sortir la semaine prochaine, après deux années de travail. Il s’agit d’un recueil de Photos-Haïkus dont le titre est :  De semaines en saisons, paysages et sentiers dans le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur, par Laurent Del Fabbro et Patrick Joquel aux éditions de la Pointe-Sarène.
Parallèlement à mon activité à la mairie, je suis auto-entrepreneur photographe. J’anime une page FB dédiée à un espace géographique que je connais bien, le plateau de Caussols.
Pendant ces deux années donc, au fil des saisons, j’ai réalisé des photos dans le Pays Grassois et Patrick y a ajouté ensuite ses haïkus, poèmes brefs d’origine japonaise qui célèbrent, un peu comme la photo, l’instant présent et l’évanescence des choses. Cet objet est donc le fruit de la rencontre d’un poète et d’un photographe et nous avons essayé au travers de dernier de valoriser cet espace du Parc Naturel que nous sommes fiers d’avoir dans notre département, montrer sa beauté et veiller à le protéger.
Voici le lien sur mon site perso qui permettra de te donner un aperçu des 3 pages sur les 53 qu’il comprend : http://carnetphotographique.com/index.php?/essays/2020/09/calendrier-hebdomadaire-photos-haikus/

quelques retours
Jean-Claude Touzeil Laurent del FABBRO –
Patrick JOQUEL : Photos – Haïkus (éditions de la Pointe Sarène) Voici un travail original effectué à quatre mains, par Laurent del Fabbro pour les images et Patrick Joquel pour les textes.
C’est d’abord un objet qu’on peut poser sur une tablette, bien en vue, en changeant de page chaque semaine : il vous servira alors de « calendrier hebdomadaire perpétuel ».
C’est aussi un livre, bien sûr, avec une reliure en spirale, pour faire des pauses confortables pendant sa lecture. En règle générale, notre œil est attiré en premier par la présence de la photo pleine page. Paysages pittoresques du Parc naturel des Préalpes d’Azur, sentiers d’hommes ou d’animaux dans la montagne, dégradés dans les ocres, les bistres, les beiges et les marrons, pluie de verdure : du vert tendre des mélèzes au vert wagon de la nuit. Le photographe est un peintre, doublé d’un sculpteur de lumière…
Ensuite, notre regard se porte sur l’île de mots manuscrits placés dans un coin en haut ou en bas, à gauche ou à droite, je veux dire le haïku, un petit poème de rien du tout, lequel, mine de rien, dit beaucoup. Patrick est bien entraîné : c’est un randonneur de haut niveau ; de plus, il écrit, au minimum, un haïku par jour ! Il en connaît les rouages, la secrète mécanique Il en connaît aussi la visée : capturer l’instant, rejoignant là le photographe… Bref, il nous propose ici sa « lecture » sensible et personnelle de l’image, déclenchant chez le lecteur un sourire, une émotion, une question sans réponse qui appelle une réflexion.
Pratique : livre-calendrier à commander aux éditions de la Pointe Sarène, m
Jean-Marie Corbusier (journal des poètes)
De semaines en saisons, paysages et sentiers dans le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur.
Editions de la Pointe Sarène 2020

Sous forme d’un calendrier, des photos (Laurent Del Fabbro) accompagnées de Haïkus (Patrick Joquel) illustrent les semaines de l’année.
Ce n’est pas le retour à l’élémentaire, mais celui-ci dans sa pleine présence active de la lucidité du regard qui rejoint l’universel posé sur les choses dans leur évidence et leur solitude. Pour ces deux artistes, tout est dans tout et chaque élément tire sa présence des autres. Photos et haïkus sur la même page ne sont qu’un. Ils s’épaulent mutuellement et brillent dans un silence présent tel celui du premier monde qui constitue un rappel et une continuité. Au sens propre, on voudrait habiter ces haïkus, ces photos, tout semble si proche que l’ensemble fait partie de nous depuis toujours. Tout cela nous donne la dimension de l’univers, du plus petit au plus grand, dans une harmonie que photographe et poète ont su rendre présent de toute éternité. Cette beauté du monde part d’une volonté d’être : guetteur / cueilleur de nuages.
Ton regard engage
tout ton corps toute ton âme
Désir d’explorer

Ces haïkus, ces photos sont des points de départ du vivant qu’il nous faut vivre et dépasser :
L’air de rien ici
se cache un secret du monde
soif de vérité
Ce haïku est le centre de tout ce qui est vu et lu. Les photos sont d’une densité particulière avec leurs paysages nets ou brumeux, leurs tourbillons de lumière ou de lumière diffuse à contre-jour. Parfois ces photos atteignent le fantastique de la présence qui joignent la pierre, l’animal, l’homme en un seul cercle de vie. Ce sont des photos instantanées dans un instant qui bouge, qui se dilate dans la mémoire où les rêves et la réalité se mêlent. Ces photos, ces haïkus nous grandissent parce qu’ils parlent de nous bien amenés dans un monde qui se veut sans limite. Dans ce silence qui se lève, un monde nous regarde, nous tend la main vers un mystère devenu palpable quelque part en nous, plus loin que nous. L’œil du renard s’émerveille de quelque chose que nous ne voyons pas pour assurer à l’univers, comme à tout le reste, un présent tactile. Un monde si proche et si lointain à la fois et qui appelle un désir de vivre.
Ce que les auteurs nous proposent : des pages de fraîcheur où la solitude, en fait, n’est qu’apparente. Il faudrait plutôt parler d’une perception individuelle des choses.

La beauté nous dit Kant est une « finalité sans fin ».

JEAN-MARIE CORBUSIER
*
M.A. Guiseppi : J’ai reçu les calendriers et je les trouve très beaux. Tes mots et les images de ton copain photographe se marient très bien et nous entraînent dans un ailleurs bienfaisant !

Je suis sûre que celles à qui je les destinent apprécieront !
*
Un livre « spécial » aujourd’hui :

Laurent del FABBRO – Patrick JOQUEL : Photos – Haïkus (éditions de la Pointe Sarène)

Voici un travail original effectué à quatre mains, par Laurent del Fabbro pour les images et Patrick Joquel pour les textes. C’est d’abord un objet qu’on peut poser sur une tablette, bien en vue, en changeant de page chaque semaine : il vous servira alors de « calendrier hebdomadaire perpétuel ».

C’est aussi un livre, bien sûr, avec une reliure en spirale, pour faire des pauses confortables pendant sa lecture. En règle générale, notre œil est attiré en premier par la présence de la photo pleine page. Paysages pittoresques du Parc naturel des Préalpes d’Azur, sentiers d’hommes ou d’animaux dans la montagne, dégradés dans les ocres, les bistres, les beiges et les marrons, pluie de verdure : du vert tendre des mélèzes au vert wagon de la nuit. Le photographe est un peintre, doublé d’un sculpteur de lumière…

Ensuite, notre regard se porte sur l’île de mots manuscrits placés dans un coin en haut ou en bas, à gauche ou à droite, je veux dire le haïku, un petit poème de rien du tout, lequel, mine de rien, dit beaucoup. Patrick est bien entraîné : c’est un randonneur de haut niveau ; de plus, il écrit, au minimum, un haïku par jour ! Il en connaît les rouages, la secrète mécanique Il en connaît aussi la visée : capturer l’instant, rejoignant là le photographe… Bref, il nous propose ici sa « lecture » sensible et personnelle de l’image, déclenchant chez le lecteur un sourire, une émotion, une question sans réponse qui appelle une réflexion.

Pratique : livre-calendrier à commander aux éditions de la Pointe Sarène, 5 Traverse de l’Orée du Bois 06370 Mouans-Sartoux. (15 euros + frais de port)
Jean-Claude Touzeil http://biloba.over-blog.com/2020/11/photos-haikus.html#ob-comment-ob-comment-102736223

*
Ce calendrier est superbe ! Bravo à
> vous deux.
> Une belle justesse et un bel échange entre le photographe et l’auteur !!
Clément Morlot
*
Ce calendrier est une petite merveille.

C’est harmonieux, les photos lumineuses et variées

et les haïkus se marient bien à l’image.

Une explosion hymne à la vie …qui donne envie d’aller voir ce pays,

Flora Divina Touzeil
*
Laurent, Patrick

On m’a transmis l’agenda que vous avez réalisé, superbe, plein de
poésie, des lieux que l’on connaît mais que l’on découvre différemment.
Bel article aussi qui le fera connaître. Bravo à tous les deux, bravo
pour cette belle collaboration très complémentaire.

Avec toute mon amitié

Pierre
*